"Gazette de Liége, le plus ancien titre des journaux liégeois en voie de disparition ? Réagissons !" C’est sous cet intitulé qu’une lettre ouverte a été publiée via les réseaux sociaux. Elle émane de fidèles abonnés liégeois qui se sont émus "de récentes anomalies dans la livraison de la version de La Libre Belgique/Gazette de Liége ". Il est fait état en l’espèce de la fusion des éditions régionales du quotidien ainsi que de la disparition du titre Gazette de Liége en une de ce dernier. En outre, une réduction de la pagination, en œuvre depuis mars, est également épinglée par ces fervents défenseurs du plus ancien journal liégeois. Et de faire référence au temps des Princes-Évêques jusqu’à ce qu’en 1840 le titre, qui n’était plus utilisé depuis plusieurs années, soit repris par l’évêque de Liège Mgr Van Bommel. S’en est suivie la - longue - période de la famille Demarteau, pas moins de quatre générations se succédant à la direction de la Gazette de Liége. Laquelle, pour rappel, a aussi accueilli les premières lignes écrites par un certain Georges Simenon. L’ère La Libre Belgique a quant à elle débuté en 1967 et elle a connu jusqu’en 1994 une direction autonome. De quoi donc rappeler l’importance historique de cette "institution liégeoise", désormais sous la houlette d’un responsable d’édition. Lequel, tout comme d’ailleurs l’actuel rédacteur en chef de La Libre, se veulent rassurants quant au devenir de La Gazette, justifiant par la crise du Covid-19 et par des soucis techniques les "anomalies" évoquées. Oui, la Gazette de Liége est bel et bien vivante ! B.B.