Gazette de Liége Débat Deux politologues liégeois ont décrypté les grands enjeux du scrutin et les stratégies des différents partis.

À trois semaines des élections, la Radio chrétienne francophone (RCF), en partenariat avec La Libre et La DH, a poursuivi jeudi soir sa série de rendez-vous. Pour l’occasion, point d’invité politique, candidat ou autre, lors du dernier débat politique, mais bien deux spécialistes universitaires.

"Ecolo fait figure de parti à abattre"

Lesquels, Pierre Verjans et Maxime Counet, ont décrypté le prochain scrutin. Référence a été faite au récent baromètre politique RTBF- La Libre - De Standaard en ce qui concerne les intentions de vote au fédéral. "Écolo fait figure de parti à abattre", a souligné Maxime Counet, évoquant également la percée du PTB, soit une tendance semblable à octobre.

L’hypothèse d’une alliance des gauches, du moins au niveau wallon, a aussi été abordée, ce dernier ne croyant pas à une coalition associant PS-PTB. "Cela va devenir compliqué de ne jamais assumer ses résultats électoraux", a-t-il jugé, estimant qu’aucune majorité n’est a priori à exclure. De son côté, Pierre Verjans a fait référence aux projections qui ont été réalisées suite aux élections communales et provinciales.

La situation à Bruxelles-Capitale, les verts ayant là aussi le vent en poupe, et en Flandre, la N-VA paraissant incontournable, a par la suite été abordée par les deux politologues. Épinglant le cas du PTB, Pierre Verjans voit le parti marxiste participer le cas échéant à un tour de négociations, quitte à ce qu’il s’agisse de stratégie politique.

Le climat, le social, les migrations, la mobilité...

Au sujet de l’Europe, l’enjeu climatique est très présent, à tel point selon ce dernier que "les partis devront faire semblant de s’en préoccuper". Ainsi d’ailleurs que la question sociale et celle de la défiance des citoyens envers la politique. Le fait pour certaines têtes de listes de se présenter à cette élection sans volonté de siéger a également été épinglé. Concernant l’élection fédérale, un retour de l’institutionnel est à prévoir selon les politologues, sans oublier les thèmes des migrations et de la mobilité. Le cas de différents petits partis et autres mouvements dits citoyens a été évoqué tels que Défi, les Listes Destexhe, Demain ou encore DierAnimal. Le débat s’est clôturé par quelques rappels pratiques en vue du prochain scrutin.

Bruno Boutsen