Ils viennent d'Anvers, d'Allemagne, sont attachés à un groupe financier australien pour certains, ils sont présents dans des ports maritimes en France, en Grande-Bretagne... et bientôt à Liège, dans la future (bientôt actuelle) plateforme multimodale Trilogiport, située au Nord d'Hermalle-sous-Argenteau... Eux, ce sont les concessionnaires du site.

Un dossier qui aurait bientôt fait figure de dinosaure sur la place de Liège si de récentes (et importantes) avancées n'avaient été acquises.

Outre le permis accordé, c'est surtout le rachat des terrains à Electrabel qui a permis au Trilogiport de hisser la grand-voile.

Après plusieurs recours, des experts se seront finalement entendus sur la vente des terrains... en date du 5 mai 2008. Permis en main et terrains à la propriété de la Région wallonne, la gestion était donc offerte au Port autonome de Liège (Pal).

Restait à louer aux concessionnaires qui avaient répondu en masse; "Le succès fut international", rappelait Émile-Louis Bertrand, directeur faisant fonction au Pal à la mi-août 2007 après 3 mois d'appel d'offres.

Ce mardi, en présence du ministre Daerden, du directeur du port et de son président Willy Demeyer, leurs noms ont enfin été dévoilés.

4 grands "gagnants"

Neuf propositions pour un peu plus de 70 ha divisés en trois grandes zones (le terminal à conteneurs de 15 ha, les terrains logistiques, 41 ha et les terrains portuaires, 14,7 ha), tel était le menu de l'appel d'offres.

Après une sélection reposant sur des critères tels que références de la société", "le projet de développement", "les éléments de nature à valoriser le terminal" ou encore "la qualité de l'aménagement", 4 sociétés ont été retenues.

Pour le terminal à conteneurs, le conseil d'administration du port de Liège a attribué la gestion du terminal au consortium composé de "Manuport Group" (MPG)&"Water Container Terminal" (WCT). Toutes deux sont propriétés du groupe financier Babcock&Brown, qui a investi récemment en Europe (France, Grande-Bretagne, Allemagne), dans le domaine du transport (ponts, autoroutes,...). La première est une société portuaire d'envergure internationale et d'origine anversoise, spécialiste de la manutention et leader du marché dans le segment de l'entreposage du traitement de marchandises pondéreuses sèches tandis que WCT est une société exploitant le terminal à conteneurs trimodal de Meerhout (où s'est notamment établi le centre de distribution européen "Nike", deuxième en Europe).

Au niveau des terrains logistiques, 30 ha ont été attribués à "Deutsche Lagerhaus", prestataire de services intégraux actif dans le secteur de l'immobilier logistique.

Les 10 ha restants sont cédés à "Warehouses De Pauw", leader du marché en Belgique dans le développement ainsi que dans la location d'entrepôts logistiques.

Question : quel droit de regard aura le Pal sur l'activité des entreprises choisies par les concessionnaires ? Au niveau du terminal à conteneur, aucune sous-location n'est possible. Quant au pôle logistique et portuaire, le Pal assure que les sociétés sont évidemment soumises aux mêmes conditions que les concessionnaires.

"Big brother is watching you", sera en quelque sorte d'application pour éviter (une nouvelle fois) tout ennui avec la population avoisinante.

À noter enfin qu'un second appel d'offres sera nécessaire pour les terrains portuaires, cette zone n'ayant reçu aucun projet "porteur", selon les critères précités.