Gazette de Liége C’est le constat du PTB de Liège qui réclame des mesures

Pour la première année depuis 2014, les frais de gaz et d’électricité ne diminuent pas, au niveau des bâtiments scolaires de la Ville de Liège. C’est le constat réalisé par le PTB liégeois dans le cadre du vote (ces lundi 25 et mardi 26 mars) du cahier des modifications budgétaires (CMB). Un constat malheureux mais aussi alarmant estime Céline Fassote, enseignante et conseillère PTB, l’urgence climatique étant au cœur des débats. Ce mardi, elle réclamera dès lors "un cadastre énergétique des bâtiments scolaires" .

Pour cette dernière en effet, de nombreux bâtiments sont aujourd’hui dans un état de vétusté (très) avancé. "Entre les fenêtres qu’on n’arrive pas à ouvrir en été car les châssis s’affaissent, les fenêtres qu’on est obligé d’ouvrir en plein hiver car les vannes des radiateurs sont bloquées, le simple vitrage, les vieux néons et l’absence d’isolation, les élèves et les équipes éducatives manquent cruellement d’un confort élémentaire […] ce n’est sanitairement, économiquement et écologiquement pas viables, sans parler du bien-être à l’école et au travail".

Pour le démontrer, des chiffres : pour la première fois depuis 2014 donc, le coût de l’énergie dans ces bâtiments augmente. De 3,2 à 3,8 millions d’euros cette année, dont 1,5 million pour l’électricité et 2,3 pour le gaz.

Qu’apporterait concrètement ce cadastre ? "Un inventaire des bâtiments est une première étape logique pour déterminer leur qualité énergétique en fonction d’indicateurs tels que l’isolation des murs, des châssis et de toits, l’étanchéité à l’air ou encore l’efficacité du chauffage".

Regret épinglé par la conseillère qui plus est : on ne trouve dans le CMB 2019 que quatre implantations qui bénéficieront du dernier appel de Renowatt et des subsides Ureba de la Région wallonne. "Les trois dernières années ont vu une dizaine d’implantations rénovées grâce à des appels similaires… à ce rythme-là, il faudra une vingtaine d’années pour rénover l’ensemble des bâtiments". Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB, insiste : "il y a clairement une stagnation de l’isolation depuis des années, les rénovations ne compensent donc même plus la hausse du coût de l’énergie".

"Méconnaissance de la part du PTB"

Roland Léonard, échevin des Travaux à Liège, est connu pour maîtriser ses dossiers. Face aux accusations du PTB dès lors, il livre… des chiffres. "Cette demande de cadastre témoigne de la méconnaissance du PTB", estime l’échevin, "car ce cadastre existe depuis longtemps. Il a été finalisé en 2011 et est constamment en cours d’actualisation. Depuis 2005 par ailleurs, la Ville a investi 36 millions dans 575 dossiers pour les bâtiments communaux. Nous avons remplacé toutes les chaufferies de plus de 25 ans et s’il n’y a que quatre dossiers dans le CMB 2019 pour Renowatt, c’est car les budgets étaient inscrits aux budgets 2017 et 2018. Dans ce cadre, des travaux ont été engagés dans 12 bâtiments communaux dont 10 écoles". Quant au budget 2019, l’échevin précise encore qu’un montant d’un million et demi sera investi dans les bâtiments scolaires, "mais sur fonds propres". Et de préciser enfin que l’augmentation des budgets "énergie" n’est pas étrangère à la hausse du prix du kilowatt/h qui augmente cette année pour Liège de… 45 %.