Jeudi, ils espèrent être plusieurs centaines et se faire entendre.

La semaine dernière plus de 12 500 jeunes se sont réunis à Bruxelles pour manifester pour le climat. Entendons par là qu’ils en ont assez des paroles des uns et des autres et qu’ils veulent maintenant des actes concrets.

On peut les comprendre puisqu’après tout, ce sont eux qui vivront dans le monde de demain, du moins celui que les adultes d’aujourd’hui leur laisseront.

Pour eux, il est donc temps d’agir et ils sont bien décidés à le faire savoir. À Liège, le mouvement initié dans la capitale a trouvé un écho auprès de plusieurs jeunes qui ont décidé, eux aussi, de passer à l’action. Jeudi, ils organisent d’ailleurs la première manifestation "climat" en Cité ardente.

Une multitude d’écoles liégeoises

Parmi ces jeunes, on retrouve nombre de délégués de classes d’une multitude d’établissements scolaires liégeois. Ensemble, ils ont décidé de faire bouger les choses et ont battu le rappel dans leurs écoles respectives.

"C’est exactement cela, explique Augustin, délégué des rhétos à Saint-Servais. L’idée a été lancée sur les réseaux sociaux par des élèves de Saint-Barthélemy et nous avons immédiatement adhéré au mouvement. Cela rentrait d’ailleurs parfaitement dans un projet lancé à l’intérieur même de notre école. Celui-ci consistait à sensibiliser tous les élèves en menant une opération de nettoyage et en arrêtant les cours pour manifester notre mécontentement sur le manque d’ambition de la politique actuelle en matière environnementale".

Concrètement, les élèves liégeois sont invités à se réunir jeudi midi sur la place Saint-Lambert. "Nous voulons faire un maximum de bruit pour être entendus. Si notre première action est couronnée de succès, elle sera renouvelée de semaine en semaine. Après tout, nous voulons être acteurs puisque le monde de demain sera le nôtre. Nous voulons dès lors prendre notre part dans le débat et être utiles dans la lutte pour le climat. Le temps des beaux discours et des placébos est révolu. Nous sommes peut-être des utopistes mais cette fois-ci, le pari doit être réussi, l’échec n’est pas permis. Nous participons à mener le combat le plus dur que l’on ait jamais mené. Mais dès lors, quelle qu’en soit l’issue, nous ne craindrons ni les remords ni les regrets".

Et le message est manifestement bien passé. Lundi, sur les réseaux sociaux, plus de 750 jeunes avaient indiqué leur présence pour la manifestation de ce 24 janvier et plus de 3 000 avaient fait savoir qu’ils étaient intéressés par l’action.