Santé Un lecteur de tests conçu par Zentech et une méthode automatisée issue de l’Université.

La région liégeoise constitue le centre de gravité wallon de la lutte contre le Covid-19. C’est en tout cas ce qui ressort des visites ministérielles organisées vendredi en matinée au Liège Science Park.

Le ministre-Président Elio Di Rupo et la ministre régionale en charge de la Santé Christie Morreale y étaient de passage. Et ce au sein du parc scientifique du Sart Tilman où ils visitaient les locaux de la société Zentech spécialisée dans les biotechs.

Laquelle a fait parler d’elle durant la crise actuelle du Covid-19 pour avoir produit des tests sérologiques. Et ce en grand nombre dans le cadre d’un partenariat mis sur pied avec les ateliers Jean Del’Cour.

La visite s’est d’ailleurs terminée au sein de cette entreprise de travail adapté sise dans le zoning de Grâce-Hollogne. Forte désormais de 550 travailleurs et d’un chiffre d’affaires annuel de 12 millions d’euros, elle participe donc aux côtés de Zentech à un projet voulu ambitieux.

Ce dernier a trait à la production à grande échelle de tests sérologiques et à leur analyse en un temps record. À cet égard, un lecteur de tests innovant conçu par la société liégeoise a été présenté aux deux ministres présents sur place.

Lesquels ont d’ailleurs pu se soumettre eux-mêmes à ce test qui préfigure selon Jean-Claude Havaux, le patron de Zentech, un autre en forme de "drive-in" organisé dans la région de Turin en Italie.

La rapidité est de mise

Comme expliqué par ce dernier, le lecteur de tests en question permet d’obtenir des résultats rapides. Il s’agit en l’espèce de détecter les anticorps, à opposer aux antigènes, permettant de vérifier l’immunité du patient par rapport au Covid-19.

L’importance des tests sérologiques, à opposer aux tests de dépistage, a également été mise en évidence à cette occasion par les différents intervenants. Et ce même s’il reste encore une incertitude quant à l’avenir et au fait de savoir si le coronavirus est appelé à muter et si oui de quelle façon.

En outre, la réalisation de tels tests (fabriqués à raison de 40 000 par jour) n’a été permise par les autorités fédérales que dans une série limitée de cas de figure. Lesquels viennent toutefois d’être étendus par un arrêté ministériel récent.

Non loin de là, un autre ministre régional, à savoir Willy Borsus (MR), était présent dans les locaux de Sirris. Soit le centre de recherche de l’industrie technologique et par ailleurs l’un des partenaires d’un autre projet pour le moins innovant.

Associant aussi le pôle de compétitivité Mecatech et l’Université de Liège, il consiste en la mise au point d’une méthode automatisée de détection du Covid-19. La technique permet de réaliser actuellement jusqu’à 5 000 tests dits PCR par jour.

Une capacité qui va encore augmenter dans les prochaines semaines selon le vice-recteur Fabrice Bureau. Ce dernier tout comme les autres intervenants a mis en avant la rapidité avec laquelle les pièces ont pu être produites et validées. Il s’agit de "boîtes à 96 puits" nécessaires dans l’analyse des échantillons et permettant d’autonomiser le processus de détection.

Bruno Boutsen