Le train qui reliera Vienne à Bruxelles devrait bien faire escale à Liège…

Les plus nostalgiques s’en souviennent sans doute : le train de nuit avait la cote en région liégeoise. Depuis la gare de Bressoux en effet (jusqu’en 2003), c’est même avec sa voiture qu’on pouvait embarquer pour rejoindre la France et l’Italie. Un atout de charme…

Symbole d’une époque révolue ? Pas tout à fait. Si l’on en croit les échanges à la Chambre en effet, le service devrait faire son grand retour en Belgique et même en région liégeoise. C’est du moins l’intention de la société des chemins de fer autrichiens ÖBB, avec ce train de nuit, qui relierait Vienne à Bruxelles, dès janvier 2020. En réponse à une interpellation de la députée Ecolo Sarah Schlitz, le ministre François Bellot a par ailleurs confirmé qu’un arrêt à Liège était bel et bien prévu.

"Depuis 2016, la société de chemins de fer autrichienne ÖBB fait la démonstration assez fulgurante du possible succès de trains de nuit", explique Sarah Schlitz, "haut taux de remplissage, nouvelles lignes ouvertes, nouvelles voitures commandées". Un retour gagnant en somme, dont devrait profiter la Belgique. Même si la prudence reste de mise.

Du côté d’Infrabel en effet, on précise qu’on est "occupé à étudier la faisabilité d’allouer le sillon". Quant à la SNCB, on dit également étudier ce service autrichien. La SNCB serait fournisseur de service, par du personnel et du matériel. Mais d’un côté comme de l’autre, on confirme cette intention relayée par le ministre.

Pour Sarah Schlitz, la réponse du ministre est en tout cas de bon augure, d’autant que les avantages seraient nombreux. "Le train de nuit pollue moins qu’un TGV car il utilise moins d’électricité. En effet, il n’a pas d’objectif de rapidité. Il peut faire plusieurs haltes, l’idée étant de faire sa nuit dans le train". Romantisme assuré. Et de replonger l’usager dans un univers digne des meilleurs romans de Simenon ou d’Agatha Christie. Rêveur, le Liégeois se voit déjà transporté vers la capitale autrichienne, à vive allure mais ivre de sommeil, au rythme léthargique du train de nuit !