Si d’aucuns s’interrogent à nouveau sur l’extension du tram vers Herstal et Seraing, extension promise dans le plan initial, les travaux de la première ligne se poursuivent donc et, comme annoncé fin 2020, entrent cette année dans une phase plus concrète… entendons plus visible. Dès ce lundi 18 janvier, les premiers aménagements urbains (plateforme et rails notamment), seront donc réalisés dans le centre-ville, a fait savoir le ministre de la Mobilité Philippe Henry, ce jeudi par voie de communiqué de presse. Il détaille le phasage…

"Entre les stations Place Saint-Lambert et Place des Déportés, la ligne de tram se sépare en deux", rappelle le ministre, "en direction de Coronmeuse, le tram emprunte la rue Léopold, la rue de la Cité, le quai de la Batte et le quai de Maastricht. En direction de Sclessin, le tram circule en Féronstrée". Il effectue ainsi une sorte de boucle… c’est ici que les premiers aménagements urbains seront réalisés.

Ceux-ci débuteront dès ce lundi 18 janvier 2021 dans la rue Léopold puis dans la rue de la Cité. Le chantier progressera ensuite vers les quais avant de se poursuivre en Féronstrée.

Dans la rue Léopold, on distingue deux grandes phases : du mercredi 20 janvier à fin mai 2021, cela consistera en la réalisation des trottoirs et de la plateforme du tram, côté pair. De fin mai à fin août 2021, le travail sera identique côté impair.

"Une première sous-phase débutera le mercredi 20 janvier pour se terminer fin février", poursuit-on au cabinet du ministre. "Cette période sera consacrée à la réfection des trottoirs côté pair et à la réalisation de chambres de visites. L’emprise de chantier occupera les trottoirs et une demi-voirie ainsi que les entrées des rues de la Madeleine et de Gueldre. Deux couloirs piétons seront mis en place, l’un, au centre de la rue Léopold, l’autre, le long des habitations côté pair. La rue de la Madeleine et la rue de Gueldre resteront accessibles aux piétons".

La pose des premiers rails est une étape majeure de la réalisation de ce que le ministre considère comme "le symbole fort du renouveau de la métropole liégeoise".