Plusieurs actions étaient organisées ce mercredi.

Ce mercredi en matinée, la CGSP a mené plusieurs actions dans différents hôpitaux liégeois. L'occasion pour le syndicat socialiste de montrer à leurs affiliés qu'ils ne les oublient pas mais aussi de mettre plusieurs revendications sur le devant de la scène comme l'importance de revaloriser les métiers des soins de santé.

Mercredi dès l'aube, des actions ont lieu. Des tracts ont été distribués sur le site du CHBA à Seraing, du CHR de la Citadelle à Liège ainsi que sur plusieurs sites qui dépendent de l'intercommunale ISoSL. C'était notamment le cas au Petit Bourgogne. "Ce matin, nous avons distribué plusieurs tracts", explique une déléguée syndicale de cet hôpital psychiatrique. "Globalement les gens étaient compréhensifs, ils écoutaient ce que nous avions à dire et comprenaient nos revendications."

À 10h, les syndicalistes qui se trouvaient devant l'hôpital de la Citadelle ont rejoint le site du Pérî, où une petite centaine de personnes ont observé une minute de silence en hommage aux victimes du Covid-19. Finalement, des assemblées générales du personnel étaient prévues pour clôturer cette matinée d'actions symboliques.

"On a jugé opportun de faire une action cette semaine car on considère que la première vague de la crise est derrière nous. Peut-être qu'une seconde va arriver mais le personnel était courageux, parfois vindicatif ou même en colère et il est important pour eux de pouvoir s'exprimer. C'est aussi une façon de leur dire qu'on est présent, qu'on est à leurs côtés et dès qu'on sortira totalement de cette crise, on ira de l'avant pour créer un autre modèle de santé en Belgique", souligne Olivier Nyssen, secrétaire général de la CGSP Admi.

"On estime qu'il faut non seulement revaloriser les barèmes, revaloriser aussi la profession, mais aussi engager à nouveau", précise Joël Bertho, secrétaire régional de la CGSP Admi à Liège.