Gazette de Liége drogue

J

ournée portes ouvertes dimanche, annonce du maintien de l’accès aux touristes lundi : c’est bel et bien reparti ! Le lancinant problème de la drogue hollandaise semblait pourtant avoir trouvé son épilogue il y a un an, quand les coffee-shops se virent signifier l’interdiction de vendre leurs drogues douces à des étrangers, les nationaux étant identifiables grâce à une carte ( wietpas) qu’ils reçoivent en se faisant enregistrer. Mais le jugement d’un tribunal, la semaine dernière, a ouvert une brèche dans laquelle les établissements limbourgeois se sont promptement engouffrés.

En substance, ledit jugement dénie au bourgmestre de Maastricht le droit de fermer un coffee-shop sur la seule base d’avoir vendu de la drogue à des non-Néerlandais. Ce que tous les tenanciers ont interprété comme un soutien, d’où l’ouverture de dimanche aux amateurs de cannabis et de haschisch venus principalement de Belgique. Ni la police, ni les autorités communales concernées - Maastricht, Sittard, Ruremonde - n’ont réagi.

Lundi, un pas de plus dans l’escalade : la Vereniging Officiële Coffeeshops Maastricht (VOCM) a fait savoir que la fête durera plus d’un jour. L’ouverture continue, avec cette seule restriction qu’elle ne peut profiter qu’aux étrangers en provenance des pays limitrophes, donc la Belgique et l’Allemagne.

Chez nous, face à cette rupture de la trêve, les réactions n’ont pas tardé. La zone de Police de la Basse-Meuse a renforcé sa surveillance ce week-end. Et hier, les bourgmestres de Lanaken, Riemst et Fourons ont annoncé le maintien des contrôles à la frontière. "Le nombre de touristes de la drogue avait considérablement baissé, même si les dealers commençaient à aborder les gens directement en rue, explique Marino Keulen (OpenVLD), bourgmestre de Lanaken, cité par Belga. Nous plaidons pour le maintien de la ligne dure : les contrevenants doivent être verbalisés et poursuivis".

En toile de fond, faut-il rappeler qu’il y a la délocalisation annoncée des établissements maastrichtois près de notre frontière ?