Gazette de Liége

L’outil culturel et artistique installé au beau milieu du parc de la Boverie, défiant tour à tour la Dérivation et la Meuse, est devenu trop vieux. Rassurons d’emblée les amoureux de ce colossal ouvrage, ancien palais des Beaux-Arts de l’Exposition universelle de 1905, celui-ci ne sera pas détruit, bien au contraire. À en croire la ville de Liège, il sera classé (en partie du moins). L’objectif est de l’adapter pour y créer un Centre international d’art et de culture (dites Ciac). Grâce à une manne de subsides européens (23 millions d’euros), le Mamac est en passe de subir d’importantes transformations "L’outil n’est plus adapté au concept actuel d’exposition", explique l’échevin des Travaux de Liège, ciblant ici les aspects fonctionnels du lieu. Des changements profonds sur le plan architectural ? Nullement, juste une redéfinition de l’espace, qui passe nécessairement par certaines étapes En effet, si l’ouvrage n’est pas classé, le parc de la Boverie l’est. "Actuellement, nous avons donc les contraintes du classement sans les avantages." Avantages étant ici à comprendre par subsides. Pour bénéficier de largeurs financières, une procédure de classement a été lancée.

Les lieux seront donc préservés mais améliorés. On envisage un chantier courant jusqu’en 2015 au pire. La phase de sélection de l’auteur de projet est en cours mais déjà, une idée se dessine : Liège désire que le site, situé entre les Guillemins et la Médiacité, offre une halte possible aux touristes.