Entre 50 et 60 personnes se sont rassemblées samedi en fin de matinée à Verviers pour apporter leur soutien à l'interdiction du port du voile à l'école primaire décrétée par la commune de Dison, mais contestée en justice par plusieurs familles musulmanes, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Portant des pancartes avec des slogans tels: "pas de signes religieux à l'école" et "non au marquage des filles", ces manifestants répondaient à l'appel de la jeune Verviétoise Karima, auteur du livre "Insoumise et dévoilée" et fondatrice de l'asbl éponyme, relayé par le comité belge de l'association "Ni Putes Ni Soumises".

Cette manifestation, devant la gare de Verviers, était organisée en soutien de la commune de Dison qui a interdit le port du voile dans les classes de ses écoles primaires. Une ordonnance en référé rendue mardi a toutefois autorisé la fréquentation des cours à trois fillettes porteuses d'un voile. "Malheureusement, ils (ces parents) ont gagné", a affirmé Karima à l'agence BELGA. Elle a aussi félicité la Communauté flamande, qui a opté vendredi pour une interdiction générale du port du foulard musulman à l'école. "J'espère que la Communauté française prendra exemple", a ajouté la jeune femme d'origine marocaine.