En mai 2005, l'opérateur immobilier Wilhelm & Co évoquait une inauguration partielle au printemps 2007. Ce mardi, on en sera... à la première pierre et ne sait toujours pas, par exemple, qui, d'UGC ou de Kinépolis Group, tendra ses toiles sur la rive droite. Nouvel effet d'annonce, après un autre, le 1er septembre 2006, celui du "cluster Médiacité", entendez le regroupement de sociétés privées audiovisuelles sur le site ?

En effet, c'est un peu la méthode Coué. C'est la loi du genre pour convaincre les récalcitrants et atteindre la masse critique. Positivons. La Ville devait trouver des partenaires dans la rénovation du Longdoz, abandonné par l'industrie, mais resté densément peuplé. Avec Peter Wilhelm, concurrent belge des Néerlandais de ForumInvest, elle a trouvé preneur de risques et expert dans la mise en commun des acteurs. Tout en dépolluant les anciens terrains d'Espérance-Longdoz, le promoteur a dû passer par les lourdes procédures des permis et des recours - dont ceux, rejetés, de Kinépolis contre UGC. Le permis unique n'a été délivré par le Collège communal que le 11 avril. Enfin, fédérer des PME dans une "grappe", cela ne se règle pas par e-mails.

Salles obscures

Reste une inconnue de taille : le permis prévoit seize salles de cinéma, soit 3 270 places. "C'est trop !" , a clamé l'ASBL Les Grignoux, exploitante du Churchill et du Parc, qui construit son complexe "Sauvenière", pour un total de 800 places, avec l'appui massif des pouvoirs publics. Une nouvelle modification de permis pourrait ne retenir que douze salles au Longdoz. Mais alors, UGC annonce qu'il retirerait ses billes de Liège. Et si c'était Kinépolis qui l'emportait, il risquerait de fermer le Palace, trop proche de la rue Grétry. Qu'est-ce qui va donc la cimenter, cette première pierre de la Médiacité ?

Un jeu "gagnant-gagnant", entre municipalité et bailleurs de fonds, dans la réhabilitation d'une friche urbaine de près de 7 ha.

Jouant le rôle d'aimant, la RTBF y produira ses divertissements télévisés (voir article ci-dessous). A la recherche de synergies, une douzaine de sociétés audiovisuelles liégeoises, dont XDC, HoverlorD et le "Pôle Image" que fédère CoToon, vont s'installer dans les bâtiments rénovés qu'occupaient Belgacom et Tabacofina, à côté d'un studio collectif de 450 m². Ajoutez-y un bowling, un centre de fitness et une possible nouvelle patinoire communale. Quant à la triste Galerie du Longdoz, elle va doubler de superficie et se muer en un centre commercial de 31 000 m². Quitte à faire de l'ombre à Belle-Ile et, avec son Media Markt "Saturn", aux Galeries Saint-Lambert. Mais ceci est une autre histoire.

Guillemins-Médiacité

Le montage financier paraît solide. Meusinvest, le promoteur CFE et l'homme d'affaires liégeois Laurent Minguet - fondateur de EVS - soutiennent Immobilière Médiacité. La Région wallonne les a rejoints dans Médiacité Management, la société de gestion. Surtout, la Médiacité s'inscrit dans ce type de projet dont a besoin une métropole qui veut se relever : l'axe qui reliera la gare Calatrava au Longdoz, puis le Longdoz à la rive gauche, en franchissant d'abord la Meuse par la Boverie, l'île du futur musée d'Art actuel.

En cumulant commerce, services, loisirs, culture et - espérons-le - esthétique urbaine, puisqu'on nous annonce la signature de Ron Arad, architecte-designer de renom. C'est en cela qu'une patience relative peut s'admettre : quand les calculs intègrent la part de rêve.