C'est face à un consensus que pourrait se croire le Liégeois qui récolterait de façon éparse les propositions émises sur la mobilité liégeoise... Il ne serait d'ailleurs pas loin de la vérité, tant le retour du piéton en ville (et de la place qui lui est concédée) est prôné, que ce soit par les partis politiques ou par l'association UrbAgora.

Après les centristes démocrates lundi, c'était jeudi au tour des libéraux de mettre l'accent sur les priorités qu'ils porteront au Conseil communal de ce 8 septembre. En soulevant la question "comment opérer ce retour au piéton ?", les tendances se précisent, le consensus s'évapore.

Des parkings pour le MR

Les libéraux liégeois l'affirment : il faut plus de parkings, mais pas n'importe lesquels et surtout pas n'importe où...

"Une étude montre que les Liégeois préfèrent la périphérie au centre car ils peuvent facilement s'y parquer", explique le conseiller Olivier Hamal. Et d'évoquer, comme autre cause, le prix élevé des horodateurs liégeois, "en comparaison avec d'autres villes de l'Euregio". À ce constat, deux solutions simples pour le MR : la mise en place urgente de parkings de dissuasion (Coronmeuse et Sclessin), tout en s'assurant que ces derniers soient reliés à des modes de transports "rapides et si possible gratuits". Face à la hausse des prix des parkings, le MR estime qu'il faut en réduire le coût tout en augmentant l'offre (en sous-sol notamment place Cockerill et boulevard d'Avroy).

Des projets quelque peu contradictoires que l'association UrbAgora aura sans doute du mal à soutenir, elle qui voici 2 jours à peine insistait sur "une réflexion globale sur la mobilité à Liège", en tenant compte du tram à venir et des bus "en complémentarité".