Gazette de Liége

Et revoilà l’Arlésienne, celle qu’on ne voit jamais venir ! La piscine de Jonfosse est inscrite au budget 2010 de la Ville de Liège. Une fois de plus "Ce projet, approuvé par le Conseil communal le 28 juin dernier, a également convaincu la Région wallonne qui financera les travaux à concurrence de 1.240.000 euros", lisait-on dans un communiqué du collège en date du 30 décembre 2004. Le bourgmestre Willy Demeyer et l’échevin des Finances André Schroyen n’en peuvent mais, eux qui sont allés "faire les témoins de Jéhovah" au gouvernement wallon, entendez frapper aux portes et les caler avec le pied pour qu’elles ne soient pas refermées illico. Il en va de même pour bien d’autres dossiers. Les dépenses d’investissement des communes relèvent pour l’essentiel de la Région dont les décisions sont aussi imprévisibles que peu transparentes. Ecoutez ce qui se disait jusqu’à l’été dernier, mezza voce, dans les couloirs de la Violette : qu’après les reprises de la charge de la dette et d’une partie du fonds de pensions, la Cité ardente ne devait plus espérer aucun cadeau aussi longtemps que Michel Daerden, peu soucieux de voler au secours de son ami Willy, aurait la haute main sur les budgets régional et communautaire L’Etat fédéral, lui, fait mieux encore qu’être pingre avec les pouvoirs locaux : il les pompe financièrement par la réforme fiscale et celle des polices, par l’impact des négociations sociales ou encore par ce chamboulement de la sécurité civile dont il rechigne, n’en déplaise aux mânes d’André Cools, à être le payeur après avoir été le décideur. Mercredi, les grandes municipalités, parmi lesquelles Liège, Seraing et Verviers, dans le cadre de l’Union des villes et communes de Wallonie (UVCW), ont demandé l’évaluation du Fonds des communes et une révision de la fiscalité communale, principalement le précompte immobilier. Elles ont aussi déploré, sans s’encombrer de précautions oratoires, que "le fédéral méprise les bourgmestres et n’est absolument pas attentif aux réalités locales". C’est bien l’autonomie communale, pourtant une des composantes les plus enracinées de l’identité belge, qui se trouve battue en brèche par une double dépendance croissante à l’égard des autres autorités, qu’elles siègent à Namur ou à Bruxelles : dépendance en termes de moyens indispensables aux projets d’envergure et dépendance en termes de contrecoups des politiques décidées "là-haut". Mais las ! . les ministres régionaux et fédéraux concernés auront beau jeu de répondre "Europe" et "mondialisation" pour renvoyer à leurs propres limites Le sort des travailleurs d’AB InBev, à Jupille et ailleurs, se joue en dernier ressort au Brésil. Et c’est peut-être le battement de l’aile du secteur bancaire aux Etats-Unis qui fait qu’il n’y a toujours pas, aujourd’hui, de piscine à Jonfosse.