Depuis le 2 août exactement, les grues de l’entreprise Castagnetti sont à pied d’œuvre sur un chantier toutefois discret, dans le cœur de Herstal, à l’arrière de la place Jean Jaurès Mais ce vendredi, sur le coup de midi, l’opération de démolition a pris un peu d’envergure. En effet, comme le soulignait Réginald Roten, directeur général de l’entreprise de démolition, "nous avons gardé ces façades pour diminuer au maximum les désagréments pour la population et la circulation. C’est une barrière naturelle pour le chantier" .

L’opération est réussie puisque, dès midi, lorsque le mayeur Frédéric Daerden (PS) donna le petit coup de pouce à l’aide des grosses pelleteuses, on a pu apercevoir la rive droite de la Meuse. Tout était dégagé à l’arrière si ce n’est le bâtiment de la Ruche en lui-même.

Selon Réginald Roten toujours, tout le mur sera dégagé et la circulation sera donc rétablie le long de la place. Le bourgmestre n’était donc pas peu fier. Il faut dire que l’opération en cours sur le pôle du futur hôtel de Ville - qui est appelé à rassembler l’ensemble des services communaux et s’étendra sur les 40 mètres de façade libérés -, représente quand même 20 millions d’euros investis, dont la moitié est assurée par les financements alternatifs dits Courard.

Et l’opération n’a pas été de tout repos. Plusieurs expropriations, de commerces en façade, de garages ou encore d’habitations, ne furent pas réalisées à l’amiable les propriétaires de 39 garages sont d’ailleurs toujours en désaccord avec Herstal.

Ce vendredi, c’était le moment clé de la phase 2 qui était inauguré. Après le désamiantage de l’ancien cinéma La Ruche, qui avait débuté en avril, et les démolitions réalisées depuis le mois d’août, il fallait en effet libérer tout l’espace.

Ce qui devrait être effectif d’ici la fin d’année. Fin 2011, la phase 3 débutera, à savoir la déconstruction de l’assiette pour la future promotion immobilière. Si l’hôtel de Ville doit être installé à l’avant, en effet, il n’occupera que la moitié de l’espace (8000 m²). Un parking en sous-sol est ici prévu, tout comme des logements, "la fonction commerciale restera, elle, sur la place", précise le mayeur.