On peut sans aucun doute qualifier le dossier dont il est question ici d’arlésienne, tant la restauration du bâtiment classé dit de l’Émulation, situé place du XX Août, s’est fait attendre. Si les édiles liégeois n’en sont pas encore au bout de leurs peines avec cet important projet, c’est à un moment jugé extrêmement important et positif que ces derniers, représentants de tous les niveaux de pouvoir concernés, conviaient ce mercredi la presse. Il s’agissait en effet d’inaugurer officiellement un imposant chantier déjà entamé depuis le 17 janvier dernier mais qui entre désormais dans une phase cruciale. Un chantier dont le coût global est estimé à près de 20 millions d’euros.

Ainsi, après avoir notamment procédé au désamiantage des quatre maisons préalablement expropriées et à la démolition de celles-ci de même qu’à celle de l’ancienne cage de scène, il va falloir mener à bien la reconstruction d’une nouvelle cage de scène ainsi que la construction de nouvelles parties modernes. Ces dernières seront destinées à abriter à l’avenir, outre une grande salle de 560 places qui prendra la place de l’ancienne, une petite salle de 145 places, des locaux de répétition, des loges, des ateliers, sans oublier une cafétéria, une librairie spécialisée et un espace dédié aux arts plastiques. Le timing du chantier est estimé tant par le maître d’ouvrage, à savoir la Ville de Liège, que par l’auteur du projet, soit l’atelier d’architecture Pierre Hebbelinck, à quelque 400 jours ouvrables, soit une fin prévue à l’automne 2012.

Clairement, ce timing est particulièrement serré. Mais selon l’échevin liégeois des Travaux, Roland Léonard (PS), il semble réaliste. Et d’annoncer l’arrivée de deux imposantes grues d’ici au début du mois de juillet ainsi qu’un projet d’aménagement futur du quartier. Les autres phases du chantier, dont celle relative au Cercle des Beaux-Arts, devraient selon les prévisions être menées à bien en parallèle. L’idée est donc bel et bien de procéder à la réaffectation et à l’extension du bâtiment chargé d’histoire que constitue celui de l’Émulation, reconstruit en 1939 par l’architecte Julien Koening après avoir été ravagé par un incendie, afin de permettre à ce dernier d’accueillir, d’ici au début de la saison 2013, le Théâtre de la Place. Une institution théâtrale qui fut installée provisoirement (sic) il y a plus de trente ans place de l’Yser, en Outremeuse.

Parmi les interventions de ce mercredi, notons celles du bourgmestre liégeois Willy Demeyer (PS), qui voit dans ce projet d’envergure "une nouvelle pierre de la renaissance de Liège en matière culturelle", et de son échevin Michel Firket (CDH), lequel évoque "un bénéfice tant pour le Théâtre de la Place que pour les riverains actuels de la place de l’Yser". De son côté, Pierre Hebbelinck parle au sujet du chantier d’une "opération à cœur ouvert".

Voir aussi en pages 48-49.