Outre les cours en distanciel et la rupture sociale que cela implique pour nombre d’étudiants, la Covid met aussi beaucoup de nos jeunes dans une situation financière délicate, la plupart des jobs étudiants étant passés à la trappe.

"Près d’un tiers de ceux-ci ont perdu leur job", explique Julie Fernandez-Fernandez, échevine liégeoise des Solidarités. "Or, pour de nombreux étudiants, ces rentrées supplémentaires sont vitales afin de pouvoir subvenir à leurs besoins. Les associations qui délivrent de l’aide alimentaire nous alertent aussi sur le nombre croissant d’étudiants qui viennent chercher des colis. Certains dont la cellule familiale était un soutien voient leurs moyens de subsistances fortement diminués par la perte de revenus des parents." De nombreux jeunes peinent à se nourrir, ne savent plus comment payer leur loyer. Cette charge mentale a aussi un impact sur leur scolarité.

Face à ces constats, Julie Fernandez-Fernandez a voulu trouver une solution adéquate en proposant à l’association En Ville et les copains de s’associer à la Ville de Liège dans le but de pouvoir offrir, pour une somme modique, des repas aux étudiants liégeois fragilisés et en situation de précarité.

"Il s’agira d’un lieu au cœur de Liège où se côtoieront des jeunes travailleurs porteurs de trisomie, de jeunes autistes, des étudiants et des bénévoles." Cette équipe prendra en charge la conception, mais aussi la distribution de 200 repas 3 fois par semaine, les lundis, mercredis et vendredis et ce, au prix maximum de 1 € le repas.

Les agents du Centre J et de la Mado géreront les appels des étudiants domiciliés à Liège et en prendront les inscriptions via le Call Center Liège Solidaire (0800/43 436).

"Plus les temps sont troublés, plus l’entraide est précieuse, la Ville de Liège espère ainsi, grâce à cette initiative, pouvoir soutenir les étudiants les plus précarisés, mais aussi éviter que d’autres ne basculent", conclut l’échevine.