Alors que le gouvernement fédéral n’a pas trouvé le consensus nécessaire pour valider son plan alcool (qui vise à mettre en place des mesures pour réduire la consommation nocive d’alcool), il est des acteurs de terrain qui, depuis des années, agissent au sein du milieu festif pour prévenir les abus et promouvoir une consommation responsable.

L’ASBL La Teignouse est basée à Aywaille mais active dans onze communes d’Ourthe-Amblève. Depuis 1998, les membres de l’association sillonnent, avec leur bus aménagé, les bals et fêtes de village de la région afin notamment de sensibiliser les fêtards aux problèmes liés à la surconsommation d’alcool et aux assuétudes. En 2004, La Teignouse a lancé le projet Café Futé (devenu Commerce Futé en 2007) où les cafetiers et gérants de commerces vendant des boissons alcoolisées y souscrivant s’engageaient à adopter de bonnes pratiques, comme celle de respecter la législation en matière de vente aux mineurs d’âge.

Et puis, en 2008, c’est le label Festi Futé qui a vu le jour. "Nous visons les organisateurs des événements festifs ainsi que les consommateurs; notre public cible étant les 16-25 ans, même si les adultes qui pensent connaître leurs limites ne sont pas à l’abri d’une perte de vigilance. Les responsables de manifestations qui adhèrent au label signent une charte de valeurs et s’engagent à donner accès à de l’information, de l’eau gratuite, des préservatifs à prix démocratiques, des ethylotests, des bouchons d’oreille gratuits, etc. au public", explique Carole Laporte, de La Teignouse. "On travaille sur l’image de marque des soirées. Est-il en effet intéressant pour les organisateurs d’avoir des gens ivres, des bagarres, qui conduisent à l’intervention de la police ? On combat aussi l’idée d’un manque à gagner si les clients achètent moins d’alcool en proposant une mise en valeur des "softs", grâce à des cocktails, des accessoires, qui alors se vendent très bien", ajoute-t-elle.

Aujourd’hui, et c’est une première en province de Liège, la discothèque le Monastère, située sur la route du Condroz à Nandrin, souscrit au label Festi Futé. "C’est le bourgmestre de Nandrin (Michel Lemmens (PS), NdlR) qui avait suggéré un partenariat avec la discothèque. Nous avons rencontré les deux gérants en juin et le contact a été excellent. Le Monastère proposait déjà de l’eau gratuite; le personnel saisissait les clés de voiture des clients en état d’ivresse et ne servait pas ceux qui avaient déjà trop consommé. Le projet que nous avons mis en place avec les gérants est du sur-mesure, le fruit d’une réflexion collective. Ils ont même amené l’idée d’acheter un éthylotest professionnel pour contrôler en janvier les "Bob" à la sortie de l’établissement", rapporte la coordinatrice.

La fête va rester la fête

Les nouvelles mesures de prévention seront d’application dans la discothèque pour les fêtes de fin d’année et elles s’inscriront dans le long terme. "Nous avons rencontré tout le personnel et nous l’avons sensibilisé à la législation, aux problèmes liés à une surconsommation d’alcool, formé à la gestion des conflits ainsi qu’aux premiers secours." Outre les actions déjà citées, l’établissement va procéder à un marquage au sol de son parking afin d’attirer l’attention des conducteurs sur la dangerosité de la route du Condroz. Des affiches et des infos flash diffusées sur les écrans télé de la boîte reprendront les messages de prévention. Et à l’extérieur, près de la porte d’entrée, personne ne pourra ignorer la charte de bonne conduite adoptée par le Monastère (voir photo).

La Teignouse fait en sorte que ses actions menées en milieu festif ne soient pas moralisatrices. "C’est plus productif. Et la fête va rester la fête", assure Carole Laporte.