Les témoins de moralité de Killian Wilmet l'ont décrit lundi devant la cour d'assises de Liège comme un garçon gentil et renfermé. Ce cinquième accusé de l'assassinat de Valentin Vermeesch a également été décrit comme un garçon présentant une froideur émotionnelle et qui peut être arrogant, agressif et injurieux. Les parents de Killian Wilmet se sont séparés alors qu'il était âgé de 10 ans. Sa mère a exposé aux jurés qu'elle avait été battue durant 15 ans par son mari. La vie de couple n'était pas agréable mais le père de Killian Wilmet ne se montrait jamais violent avec ses enfants. Le couple avait donné naissance à cinq enfants. Killian était le troisième.

La mère a précisé que Killian Wilmet porte son nom. Le père, condamné à une lourde peine de prison pour vol, n'avait pas souhaité donner son nom à ses enfants. "Il laissait tout faire à ses enfants, lesquels n'ont jamais connu l'autorité masculine", a commenté la mère.

Lorsque la mère de l'accusé s'est installée dans la région de Charleroi après sa séparation, le caractère de Killian Wilmet a changé en raison de ses mauvaises fréquentations. Il avait notamment saccagé un lavoir-automatique avec des amis et s'était présenté armé dans une école, d'où il a été renvoyé.

"Mon fils n'était pas un mauvais garçon. Il était serviable avec tout le monde. Il savait donner confiance aux autres. Il était courageux, débrouillard, intelligent et serviable. Mais il était aussi très renfermé sur lui-même depuis plusieurs années et gardait ses sentiments pour lui. Ce n'était pas dans sa nature d'être violent", a témoigné la mère de l'accusé.

Par sa sœur et sa petite amie, Killian Wilmet a été décrit comme un garçon fort gentil, respectueux, timide, réservé et très renfermé. "Depuis les faits, il montre plus ce qu'il ressent et il s'investit beaucoup plus. Il est humain, il est normal", a précisé sa petite amie.

Killian Wilmet était mineur d'âge au moment des faits commis contre Valentin Vermeesch. Le tribunal de la jeunesse s'est dessaisi du dossier en estimant qu'aucune mesure éducative n'était envisageable. Toutes les tentatives de travail d'introspection se sont avérées vaines. Killian Wilmet s'est montré violent, incapable de gérer sa frustration et de se remettre en question. L'accusé présente une froideur émotionnelle et est incapable d'empathie, avait-il été estimé.

Killian Wilmet s'est montré arrogant, agressif et injurieux avec les autres jeunes et avec les éducateurs rencontrés lors de son placement en IPPJ. Il avait aussi participé à la prise d'otage d'une éducatrice en frappant un éducateur venu à la rescousse.

Les plaidoiries des avocats des parties civiles auront lieu mardi matin.