L’accord est intervenu entre le promoteur immobilier Scheen Project et la commune de Beyne-Heusay… et il marque une première victoire pour tous ceux qui voyaient d’un mauvais œil le projet de transformation de la ferme Sainte-Anne, située au cœur du domaine du Ry Ponet. Au cœur du deal en effet, le report d’un point qui devait être voté au conseil communal de Beyne-Heusay en avril voire en mai et qui concernait la mise au gabarit d’une voirie… menant directement au bâtiment de la ferme Sainte-Anne. Concrètement, cette mise au gabarit aurait marqué une sorte de préaccord communal sur le projet de réhabilitation de la ferme puisque c’est dans le cadre du projet que la voirie devait être transformée. Il n’en sera donc rien… pour le moment.

Comme nous l’a confirmé Didier Henrottin, bourgmestre de Beyne-Heusay, "le promoteur a accepté un moratoire. Et puisque la procédure relative à la voirie n’est pas soumise à des délais, il est d’accord d’attendre les conclusions de l’étude avant de poursuivre".

Pas question de précipiter les choses pour le promoteur donc… il faut dire que l’opposition au projet de réhabilitation de la ferme Sainte-Anne par Scheen Project était assez claire, autour de Beyne-Heusay. Lors de l’enquête relative au projet, tant les communes de Liège que de Fléron et de Chaudfontaine, voisines, avaient rendu un avis négatif, estimant que ce projet était prématuré au regard de l’étude commandée sur le site du Ry Ponet ; étude qui doit donc permettre de déterminer l’avenir de cette zone sensible (lire ci-contre).

Pour rappel, la réhabilitation de la ferme prévoit la création de deux salles événementielles, 17 chambres à la ferme, une microbrasserie, une aire de culture maraîchère et un parking de 60 places… Projet qui, s’il semble louable pour la plateforme citoyenne Ry Ponet, est jugé inadapté car il marquerait une volonté de créer ici un pôle événementiel au cœur du futur parc métropolitain du Ry Ponet.