11 000 exemplaires de Syndicats ont été envoyés aux militants de la CSC.

Pour un couac, c’est un beau couac… Cette semaine, les militants de la CSC ont reçu, par la poste, leur revue Syndicaliste. Mais à Liège, les militants verts ont également reçu la revue Syndicats éditée par leur rival de la FGTB. D’autant plus bizarre que les étiquettes collées sur les deux magazines étaient les mêmes en ce compris les numéros d’affiliés…

Renseignements pris, il s’avère que Bpost a collé sur une partie des revues Syndicats des étiquettes du listing de la CSC. Bref, 11 000 exemplaires ont ainsi été déroutés de la FGTB vers la CSC… le tout en région liégeoise. "C’est une erreur humaine, confirme Barbara Van Speybroeck, la porte-parole de Bpost. Un membre du personnel s’est trompé et a collé, sur un des lots de la revue Syndicats des étiquettes de la revue Syndicaliste . Cela ne doit pas arriver mais la confusion est sans doute venue de la proximité des deux noms. Tous les autres exemplaires de Syndicats et de Syndicaliste ont été envoyés correctement." On parle donc de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires qui ont été bien aiguillés.

Chez les deux syndicats, on est toutefois furieux. À la FGTB d’abord, parce que ces milliers d’exemplaires envoyés aux militants de la CSC devront être renvoyés au bon endroit. Le syndicat socialiste entend d’ailleurs être indemnisé par Bpost.

Ceci dit, il semblerait qu’une partie de l’erreur ait été réparée. "Il y avait un surplus de production qui a été utilisé et envoyé aux bonnes adresses. Il reste une incertitude sur 1 500 voire 1 700 exemplaires, mais des investigations sont toujours en cours. Nous sommes en contact avec les deux syndicats et nous envisageons d’envoyer un courrier à toutes les personnes concernées par cette erreur pour leur expliquer ce qui s’est passé", conclut-on chez Bpost.

Au syndicat chrétien, on n’est pas vraiment content non plus. On se dit qu’envoyer des revues vantant les mérites de la FGTB aux militants de la CSC, à quelques mois des élections sociales, a quelque chose de dérangeant.

Chez Bpost, on plaide la bonne foi. Pas question, en effet, de se mêler au futur scrutin syndical.