Le comité Bronckart-Botanique sort du bois… et de son "sac de nœuds" !

"Avec le tram, tout ira mieux" : cette phrase distillée depuis des mois (années ?) à tout qui évoque les problématiques de mobilité à Liège, ils sont de moins en moins à la croire. Du moins, ils sont plus nombreux à percevoir les problèmes qui pourraient être engendrés par l’arrivée du messie sur rail… c’est notamment le cas dans le quartier Bronckart-Botanique, qui s’exprime aujourd’hui par la voix de son comité.

"Soyons clairs, nous ne sommes pas du tout contre le tram et nous ne souffrons pas non plus du syndrome Nimby (Not in my backyard) qui refuse que cela se fasse chez soi", précise d’emblée le comité. D’ailleurs, le tram ne passera pas dans le quartier mais juste à côté. Voilà sans doute l’un des problèmes alors qu’on distingue déjà ici "un vrai sac de nœuds". "Aujourd’hui, ce sont chaque jour 103.200 véhicules qui passent aux abords et dans notre quartier". Et demain, avec l’arrivée d’Alibaba à Bierset et le MontLégia (CHC)… "cela ne va faire qu’augmenter".

Parmi les points noirs , il y a cette trémie Sainte-Marie bien sûr, une véritable autoroute urbaine qui scinde le quartier en deux, "ou qui sert de piste de lancement si on l’emprunte depuis le boulevard". L’absence de plan de circulation est également pointée du doigt. Conséquence : un quartier traversé de manière anarchique par tout qui cherche un raccourci. Sans parler de la congestion en matière de parking, autour de Sainte-Véronique notamment (2.600 élèves et 300 professeurs). La mobilité douce ? "Nous n’avons même pas eu un seul parking vélo sécurisé". Ni de piste cyclable digne de ce nom d’ailleurs… Et demain, avec le tram ? Le bus 20 qui assure une desserte fine serait supprimé. "Mais les haltes du tram seront lointaines". C’est l’impasse.

Que faire dès lors ? Le comité se veut constructif, "exemplatif" même de ce qui pourrait se faire ailleurs à Liège. Il propose donc…

"Il faut ici une nouvelle hiérarchisation des voiries", explique-t-on au sein du comité, pour protéger contre le transit incessant. En pratique, cela pourrait se traduire par des boucles obligeant les véhicules à éviter les petites rues. "Cela se fait très bien dans le Laveu".

Autre suggestion : ces "rues cyclables", pourquoi pas sur l’axe Louvrex, Fabry, Dartois ? Ici, le vélo est maître mais les voitures sont autorisées, sans dépassement, avec une limitation à 30 km/h. Enfin, ils réclament la transformation de la trémie Sainte-Marie en boulevard urbain, comme c’est prévu à Droixhe… Une manière d’indiquer qu’on pénètre en ville et qu’il faut donc lever le pied.

Quant à la politique cycliste, outre les rues cyclables donc, les habitants de Bronckart-Botanique estiment que, vu la position centrale des lieux, il serait pertinent de jouir d’un "axe structurant" en la matière. Ce qui n’est pas prévu à ce stade… étonnant.