Portrait Rencontre avec Laure Lekane, nouvelle députée PTB au sein du Parlement wallon.

Née en 1989, Laure Lekane a vécu toute sa vie à Oupeye, et plus précisément à Vivegnis. Elle a grandi dans une famille de quatre enfants très soudée, ancrée à gauche et pour laquelle les fins de mois s’avéraient souvent difficiles.

"Ma mère a fait des petits boulots avant de devenir invalide en raison de problèmes de dos, et mon père était ouvrier dans une usine de production de panneaux d’isolation acoustique, commence l’intéressée. C’était difficile de joindre les deux bouts. Dès ma jeunesse, je me suis sentie révoltée par le fait qu’il soit ardu pour des travailleurs et des familles de s’en sortir."

C’est lors de ses études secondaires, à l’IPES de Herstal en études sociales, que Laure Lekane a commencé à s’impliquer dans Comac, le mouvement de jeunes du PTB. "Avec quelques camarades de classe nous avions lutté pour la gratuité de l’enseignement mais aussi contre le racisme, contre le sexisme… Et à 18 ans, j’ai pris ma carte du parti et j’ai continué à militer", poursuit-elle.

Après ses secondaires, elle a réalisé des études d’assistante sociale à Léon-Eli Troclet (Haute École de la Province de Liège), "avec l’idée de lutter contre les injustices", précise-t-elle.

L’ASBL Terre

Après avoir obtenu son diplôme, l’Oupéyenne a été engagée au sein de l’ASBL Terre, entreprise sociale active dans le tri et la récupération des vêtements. Elle y a travaillé jusqu’à son élection en tant que députée en mai dernier.

Parallèlement à son travail, Laure Lekane est devenue en 2017 la présidente de la section locale du PTB à Oupeye, "qui est née de l’engagement de plusieurs dizaines de personnes pour implanter le PTB dans la commune", relate-t-elle. Le parti s’est présenté pour la première fois aux élections locales oupéyéennes en octobre 2018 et a obtenu trois sièges. Laure Lekane, tête de liste, a alors fait son entrée au conseil communal.

Elle a ensuite pris part au scrutin régional de mai 2019 en figurant à la troisième position de la liste. Elle a été élue avec 3 276 voix de préférence.

En tant que parlementaire, Laure Lekane considère que son travail "ne consiste pas seulement à se rendre au Parlement, mais avant tout à militer sur le terrain, comme pour faire signer la pétition pour une pension minimum à 1 500 euros,", indique-t-elle.

Au sein du Parlement wallon, la députée est attentive notamment à des thématiques comme l’emploi ou l’action sociale. "Ce sont des thématiques qui me tiennent à cœur au vu de mon parcours", précise-t-elle. Avant de conclure : "Il est essentiel de lutter pour que la population puisse vivre dignement, avoir un emploi stable dans des conditions de travail correctes et pour que les familles puissent s’en sortir malgré les aléas de la vie."

Lucien Demoulin