Les deux partis qui discutaient depuis plusieurs semaines se sont à nouveau revus dimanche pour affiner les priorités communes afin de contrebalancer le poids du cartel de centre-droite.

"Cette alliance de projets aura entre autres comme priorités le soutien aux commerçants et au redéploiement de l'activité commerciale au centre-ville mais également le développement d'une politique ambitieuse de mobilité alternative", précisent PS et Ecolo dans un communiqué commun.

"La propreté publique, l'entretien des équipements publics sur tout le territoire de la commune, la végétalisation de l'espace public font partie des priorités de même que la concrétisation des grands projets culturels (Grand-Théâtre et De Biolley). La mise en œuvre d'une politique sociale à la hauteur des besoins des Verviétois, le soutien à l'enseignement communal et aux projets de cantines durables, le sport pour tous, la participation citoyenne ou encore la création d'une auberge de jeunesse font également partie du programme", ajoutent les deux partis.

Forte de quatorze sièges, cette alliance qui souhaite répondre aux urgences sociales, sanitaires, économiques et climatiques, "est ouverte aux élus d'autres formations démocratiques, soucieux de construire rapidement un projet innovant, solidaire, participatif et durable, dans le prolongement des actions positives déjà entreprises dans l'actuel pacte de majorité".

Cette nouvelle alliance modifie clairement la donne puisque d'incontournable, le cartel MR-Nouveau Verviers-cdH et l'ex-échevin Bernard Piron n'est désormais plus vraiment en position de force pour négocier avec un PS affaibli.

L'alliance progressiste a besoin de cinq sièges pour obtenir une majorité que seul le MR (six sièges) peut numériquement lui assurer dans une coalition tripartite.