Des élèves ont réalisé une fresque d’une cinquantaine de mètres de long...

"Il n’y a pas de différences, nous sommes tous les mêmes. Et puis, le mur est bien plus joli désormais avec toutes ces couleurs. Cela rend l’école plus accueillante et c’est aussi une façon de montrer que c’est une école ouverte, où chacun est le bienvenu", soulignent Clarisse et Joally.

Quant à Alexandre, il espère que leur travail contribuera "à changer la façon de penser". Ces jeunes font partie de la vingtaine d’étudiants de 3e professionnelle "Hôtellerie" et de 4e professionnelle "Services sociaux" du site ougréen de l’IPES de Seraing qui, avec un graffeur sérésien, ont réalisé une fresque qu’ils ont baptisée "Tous différents, tous égaux !".

Au-delà de la volonté d’embellir ce mur d’une cinquantaine de mètres de long délimitant le site de l’école, il s’agit aussi, et surtout, de faire passer un message…

"Face à la montée des extrémismes, cette fresque rappelle les valeurs de tolérance et de respect envers autrui qui règnent au sein de notre établissement", souligne la directrice.

Si les élèves ont été encadrés par le graffeur-éducateur Olivier Gratia, c’est sur base de leurs recherches et de leurs ressentis que le projet a été mis en œuvre.

"Les élèves se sont véritablement investis, depuis l’élaboration du projet jusqu’à la mise en couleur", souligne Audrey Smits, professeur à l’initiative de cette belle réalisation.

Le refus de l’intolérance se manifeste à travers les deux visages dessinés sur le mur, l’un constitué des différents continents et l’autre indiquant de manière imagée, à travers différentes couleurs, que "nous sommes tous égaux".

On peut également y lire "bonjour" et "bienvenue" dans diverses langues…

"Il y a différentes nationalités au sein de notre école et parfois, des jeunes arrivent en ne sachant pas parler français mais cela se passe bien car ils sont bien intégrés. Sachant que c’est ce que l’on vit avec nos élèves, on se dit qu’il n’y a pas de raison que cela ne marche pas également partout ailleurs", poursuit Audrey Smits, pleine d’espoir visiblement…