Le personnel observera un arrêt de travail le 4 juin prochain, en région liégeoise.

Voilà plusieurs semaines qu’ils sont sur le pont face à la pandémie de coronavirus ! Des semaines qu’ils mettent leur propre santé en danger, et celle de leurs proches, pour soigner les malades !

Si les chiffres se veulent aujourd’hui rassurants, le personnel des soins de santé craint une nouvelle vague de contaminations dès lors que l’on assiste à des comportements pour le moins inadéquats depuis que le déconfinement a été amorcé… Mais ces soignants en auront-ils encore la force ?

Ils sont d’autant plus à bout, aujourd’hui, suite aux décisions prises par le gouvernement fédéral, sans concertation avec le secteur selon la CSC Services publics…

Le principe des réquisitions en cas de deuxième vague, notamment, passe plutôt mal… "Déjà fatigués par leurs conditions de travail habituelles, ils n’ont rien lâché. Ils étaient là à se battre tous les jours. Aucun d’entre eux, même épuisé, ne fera passer son jour de congé avant une intervention urgente auprès de malades", s’insurge-t-on.

"Dangereux !"

Une autre goutte qui a fait déborder le vase, c’est la possibilité qui serait donnée à du personnel non qualifié de prodiguer des soins infirmiers. Pour Lina Cloostermans, secrétaire permanente CSC Liège Services publics, c’est tout simplement n’importe quoi ! "Et dangereux", insiste-t-elle.

Aussi, dans le cadre du préavis de grève déposé par la CSC Services publics pour toutes les institutions de soins publiques en Wallonie et à Bruxelles, les soignants en province de Liège observeront un arrêt de travail le jeudi 4 juin, de 13 h à 14 h.