Parmi les "vieux" dossiers liégeois, celui de la Médiacité a déjà fait couler beaucoup d’encre. Pour rappel, il consiste en l’installation d’un centre de commerce et de loisirs sur une surface de 160000m2 dans le quartier du Longdoz. Le mégacomplexe, dont les travaux sont en cours depuis plus d’un an et qui devrait être inauguré fin 2009, doit intégrer en son sein le pôle image de Liège (PIL). Il s’agit d’un "cluster" créé en 2006, dédié aux médias et rassemblant une quinzaine de sociétés spécialisées dans l’audio-visuel et le cinéma. Ce sont les anciens bâtiments de Belgacom et de Tobaccofina, rebaptisés pour l’occasion bâtiments" S" (pour les activités de service) et" T" (pour les métiers techniques) qui doivent accueillir ce PIL, le tout sur quelque 25000m2. Le rôle de locomotive de ce vaste projet doit être assuré par la RTBF, qui doit disposer de deux studios au sein de cette Médiacité et qui devait y installer ses unités de divertissements et de fictions.

Devait l’enthousiasme qui a prévalu lors de la pose de la première pierre du bâtiment de la RTBF il y a trois mois ayant été quelque peu atténué ces derniers temps, du moins du côté des syndicats. En cause: l’annonce de la chaîne de télévision publique de ne pas transférer son unité de production des fictions à Liège, ce qui pour le délégué syndical CGSP Luc Toussaint constitue "une grosse perte pour le développement du PIL". Bien qu’ayant un aspect culturel, il s’agit ici d’un projet de développement économique qui constitue ce que le ministre wallon Marcourt appelle "la filière cinéma" et qui doit permettre des synergies entre les différents acteurs présents au sein de ce "cluster".

Du côté de la RTBF, on s’étonne du récent scepticisme par rapport à ce projet et on tient à préciser certaines choses. Alors que Luc Toussaint parle d’"un report du chantier de trois à six mois minimum", Jean-Paul Philippot, administrateur-délégué de la RTBF, s’explique: "Il ne s’agit pas d’une remise en cause du projet. Le processus d’appel d’offres, lancé fin septembre, a simplement été prolongé en procédure négociée. Le but étant d’obtenir des prix moins élevés que les offres qui nous ont été remises. La procédure devrait aboutir d’ici fin janvier et le chantier devrait démarrer en mars". Au sujet de la fiction, il précise que Liège devrait accueillir les activités essentielles de montage et de postproduction et il annonce également la mise sur pied de la banque de données Sonima dont le but sera de numériser les archives de la chaîne publique.

Et le patron de la RTBF d’évoquer des pourparlers en cours avec la télévision locale RTC, dont on évoque le possible déménagement à la Médiacité, dans le but d’étendre des collaborations déjà existantes ainsi que des contacts avec le groupe Kinépolis, lequel doit y installer un complexe cinématographique. Si l’on en croit Jean-Paul Philippot, le projet du PIL, composante essentielle de la future Médiacité, n’a donc rien perdu de son ambition mais, selon Luc Toussaint, "le chemin sera long et difficile".