Le Tec Liège-Verviers a présenté son nouveau réseau structurant complémentaire au tram. "Ce réseau a été hiérarchisé en fonction du niveau de service que les différentes lignes seront capables d’offrir", a annoncé Jean-Michel Soors, directeur du Tec Liège-Verviers.

L’ensemble du réseau, qui comprendra au total 75 lignes, sera pleinement opérationnel en 2025. Le Tec Liège-Verviers achève sa longue réflexion sur l’opérationnalité de son réseau en complément du tram qui deviendra réalité en 2022. Cette réflexion a permis de repenser un réseau attractif, exploitable et accepté de tous, estime M. Soors qui annonce, pour les prochaines années, une augmentation quotidienne du nombre de voyageurs de 23 %, passant ainsi de 285 000 à 350 000 grâce au Tram, lequel absorbera un peu plus de 25 % de ceux-ci.

Cent cinq millions

Le Tec Liège-Verviers prévoit ainsi quatre lignes dites de haut niveau de service qui disposeront d’une amplitude horaire égale au tram. Elles auront également une vitesse commerciale de 20 km/h et des horaires fréquents pour les voyageurs, l’objectif de ce nouveau réseau étant de rabattre chaque ligne vers le tram.

Il y aura donc quatre types de lignes dont les plus importants, les lignes à haut niveau de service, auront une capacité identique au tram. Quatre de ces lignes draineront d’ailleurs 15 % des déplacements.

Citons ainsi la ligne 48 (qui partira des Guillemins pour rejoindre le Sart-Tilman), la ligne 148 (place République française vers le Sart-Tilman/CHU), la ligne 10 qui reliera le centre-ville liégeois à Fléron et enfin la ligne 112 qui partira de la gare d’Ans pour rejoindre Chênée en passant par le nouvel hôpital du MontLégia.

Sept autres lignes (les lignes 2, 3, 4, 7, 12, 58 et 70/18) seront quant à elle structurantes. Elles desserviront Liège et son agglomération toute proche alors que les lignes urbaines (36) et interurbaines (28) mailleront plutôt les quartiers et la périphérie.

Le nouveau plan fait également la part belle à l’intermodalité. En effet, 9 points de contact bus/tram sont prévus, ainsi qu’en positionnement des arrêts permettant de faciliter les correspondances des voyageurs.

Le budget global de ces transformations est estimé à 105 millions d’euros.

J.-M. C. (avec Belga)