Jeudi soir avait lieu le troisième débat politique RCF Liège-La Libre-La DH en vue des prochaines élections.

Jeudi soir, la Radio chrétienne francophone (RCF) a poursuivi sa série de débats politiques en partenariat avec La Libre et La DH. Après s’être intéressé à l’arrondissement de Liège, ce fut au tour de trois députés issus de la région verviétoise d’être mis sur le gril. À savoir la bourgmestre de Limbourg Valérie Dejardin (PS), l’ancien échevin spadois Charles Gardier (MR) et le conseiller communal theutois Matthieu Daele (Écolo).

D’emblée, la crise qu’a connue le Parlement wallon durant la semaine écoulée et relative à la réforme des Aides à la promotion de l’emploi (APE) a été évoquée. Le seul représentant de la majorité régionale en place a reconnu "une situation de crise importante" qu’il a imputée à la défection récente d’une élue MR tandis que le député Écolo a quant à lui déploré "une situation inédite". "Il y a eu un problème dès le départ avec la nouvelle majorité", a-t-il estimé. De son côté, la représentante socialiste a affirmé que "le PS continue à prendre ses responsabilités malgré l’adultère du CDH".

Au sujet de la réforme problématique en question qui concerne 60 000 emplois, "il y a eu beaucoup de désinformation", a souligné Charles Gardier, pointant le fait que "le PS est inféodé au discours de la FGTB". "On est soulagés que la réforme des APE ait été mise eu frigo", a reconnu Valérie Dejardin, épinglant quant à elle "un manque de clarté". "Il y a une volonté d’objectiver les choses en la matière", lui a répondu le député MR tandis que pour l’élu Écolo, "on met la charrue avant les bœufs".

D’autres sujets ont été abordés dont le bilan des gouvernements wallon et communautaire. "Le grand absent, c’est l’enjeu environnemental", a estimé ce dernier, évoquant également la lutte contre la pauvreté. Et si pour Valérie Dejardin, "on a perdu deux ans à cause du CDH", Charles Gardier a mis en avant des avancées telles que la diminution des frais de fonctionnement des cabinets. Ce dernier, par ailleurs co-patron des Francofolies de Spa, a par contre déploré "un manque d’ambition par rapport au soutien des artistes".

Le refinancement de l’enseignement et la gratuité de son accès ont aussi été évoqués ainsi que la question d’une éventuelle fusion Région-Communauté. Au rayon des dossiers locaux, plusieurs enjeux importants ont été abordés tels que la rénovation du Grand Théâtre de Verviers, celle du circuit de Spa-Francorchamps ou encore la mobilité ferroviaire.