Mardi matin, cinq policiers de la zone Bruxelles-Capitale/Ixelles ont été interpellés sur leur lieu de travail.

En effet, alors qu’ils se trouvaient dans les locaux du service trafic, les cinq policiers ont été pris en charge par leurs collègues de l’Inspection générale et le service des Affaires internes de la police locale bruxelloise.

En fait, les cinq hommes étaient lourdement suspectés de faits de mœurs et, à la demande du juge d’instruction Jean-Marc Mottet, ont été ramenés à Liège pour auditions. Selon les informations de nos confrères de Het Nieuwsblad, les trois hommes auraient donné de l'alcool et de la drogue à des femmes lors de soirées, avant de les violer. Les hommes auraient filmé certains de leurs agissements et envoyé les images à plusieurs personnes, dont deux de leurs collègues.  

À l’issue de ces devoirs d’enquête deux hommes ont été remis en liberté, trois autres étant toujours en détention et devant comparaître, ce mercredi devant le magistrat instructeur. À l’issue de cette triple comparution, les trois policiers “bruxellois”, mais domiciliés en région liégeoise ont été placés sous mandat d’arrêt pour viols et voyeurisme. Un des policiers a en outre également été inculpé d'attentat à la pudeur.

Il semblerait que plusieurs victimes ont déposé plainte à l’encontre des policiers.

Rappelons à ce titre que, selon la porte-parole de la police de Bruxelles, Ilse Van de keere, les faits qui leur sont reprochés auraient eu lieu dans la sphère privée et en région liégeoise, ce qui explique que le dossier est traité par le parquet de la Cité ardente.