Ce n’est pas la première fois que le sujet revient sur la table du conseil communal de Huy. Ainsi, lors de sa dernière séance, l’opposition tant Ecolo que Défi a de nouveau interrogé le collège sur la problématique des sans-abri.

Laquelle, bien que le printemps s’annonce, est toujours à l’ordre du jour, et ce n’est pas le froid polaire de ces dernières semaines qui est de nature à démentir ce constat. Se disant particulièrement sensibilisé, le chef de groupe Ecolo Rodrigue Demeuse a donc réinterrogé les autorités tout comme Patrick Thomas (Défi).

Et de mettre en avant "l’importance de la mobilisation des acteurs associatifs" en la matière aux côtés du service prévention de la Ville et du CPAS. "lls font un travail remarquable avec des moyens limités", estime l’élu écologiste, faisant notamment référence au plan Grand Froid toujours effectif.

Évoquant également le travail de l’ASBL Sef, ce dernier déplore une certaine saturation. "En 2020, elle a pu accueillir 59 personnes mais a dû en refuser 138." En outre, souligne-t-il, sa mission n’est pas d’organiser un abri de nuit ou un autre logement d’urgence comme cela est souhaité.

Un besoin jugé criant de ce type de structure est épinglé tant par Ecolo que par Défi. Une solution de nature supralocale, en associant les communes autour de Huy, est par ailleurs préconisée par celui qui est aussi député régional.

120 douches et 80 lessives

De son côté, Patrick Thomas fait aussi le constat d’un manque. "Nous remarquons que la précarité s’installe de plus en plus à Huy comme dans d’autres communes voisines", est-il pointé. Et pour répondre à une demande d’hébergement sans cesse croissante, seuls 7 abris de nuit sont accessibles en Wallonie dont 2 en région liégeoise. Une installation au sein même de bâtiments communaux est souhaitée à Huy.

Mais pas de quoi convaincre le bourgmestre f.f. Éric Dosogne (PS), évoquant l’effort fait dans le cadre du plan Grand Froid. "Nous avons mis en place un lieu d’accueil de jour chauffé de 9 à 14 h du lundi au samedi", est-il précisé. Par ailleurs, 120 douches ont été prises et 80 lessives ont été effectuées. Pour ce dernier, le maximum est déjà réalisé par les services communaux et certains SDF ne veulent pas être aidés.