Éducation Le roi Philippe était présent ce mardi matin dans le cadre des 100 ans de l’institut Saint-Laurent de Liège.

Une certaine effervescence régnait ce mardi matin, à l’heure de la récréation, au sein de l’institut Saint-Laurent de Liège. Lequel fête durant toute cette année 2019 son centième anniversaire. C’est ainsi que furent organisés un cycle de cinq conférences, de janvier à mai avec la présence d’intervenants de renom, des journées de rencontres élèves-chefs d’entreprise mais aussi un spectacle de magie, des tournois de jeux… Et ce sans oublier la bière spécialement brassée et le livre spécialement édité pour l’occasion.

C’est également dans le cadre du centenaire de cet établissement scolaire créé en septembre 1919 à l’initiative du chanoine Warnotte, directeur des œuvres sociales de la province de Liège, qu’une visite royale était organisée ce mardi matin. C’est donc aux alentours de 14 h 30 que le roi Philippe est arrivé sous bonne escorte aux portes de l’institut Saint-Laurent, accueilli tant par le gouverneur provincial Hervé Jamar et le bourgmestre de Liège Willy Demeyer que par ses différents responsables.

Après un bref contact avec ces derniers, le souverain a pris la direction des ateliers de mécanique, de soudure et de robotique qu’il a visités. L’objectif avoué de la présence royale étant de mettre à l’honneur les élèves du secondaire qualifiant et les étudiants de promotion sociale au travers de ces derniers. Lesquels, pour ceux qui avaient été choisis pour ce faire, se sont montrés particulièrement fiers et enthousiastes face à un souverain intéressé.

Après Albert Ier il y a 90 ans

Cette visite royale, laquelle a également concerné le Centre de technologies avancées en automation inauguré en 2012 (où ont été présentées au roi Philippe les formations en robotique organisées autour d’une mini-usine), a fait écho à celle de son aïeul. En effet, il y a 90 ans, soit en mars 1929 et alors que des travaux d’agrandissement avaient lieu, le roi Albert Ier était présent à Saint-Laurent afin d’assister à des ateliers et de suivre des cours théoriques.

Une belle reconnaissance pour cet institut professionnel du réseau libre qui a le vent en poupe puisque le secondaire totalise près de 800 élèves répartis en cinq secteurs tandis que la promotion sociale en concerne 16 pour environ 1 800 étudiants.

Bruno Boutsen