Rencontre avec le jeune gérant d’un salon liégeois qui a repris le travail ce lundi.

C’est avec un certain soulagement et aussi le dynamisme qui le caractérise que le Liégeois Michel Gagliotti, âgé de 36 ans, a repris ce lundi le chemin du travail.

À savoir en l’espèce le petit salon de coiffure qu’il gère, lequel est situé sur les hauteurs de Liège. Fermé durant deux mois, il a donc accueilli dès hier matin ses premiers clients.

"Nous sommes d’habitude fermés le lundi mais nous avons fait une exception." Il faut dire que selon le gérant, qui avait dévié le fixe du salon sur son GSM, le carnet de commandes se remplit depuis l’annonce du Conseil national de sécurité.

Lequel, pour rappel, a autorisé les métiers dits de contact, dont les salons de coiffure et les instituts de beauté, à rouvrir leurs portes sous conditions.

Et s’il se réjouit donc de cette reprise tant attendue, que ce soit dans son chef ou dans celui de ses clients, il a dû s’adapter à la situation. "On se partage le temps passé dans le salon avec mes deux employées et nous n’accueillons qu’un seul client à la fois", précise Michel.

Le port du masque est de rigueur

Quant au port du masque de protection, il est de ri-gueur, tant pour les clients que pour le gérant. "J’ai dépensé entre 200 et 300 euros afin de m’équiper en masques, gants, gel…"

Et ce dernier de déplorer en la matière qu’aucune aide ne lui ait été fournie, que ce soit par les pouvoirs publics ou les fédérations professionnelles.

Un autre message que Michel entend faire passer a trait à la situation financière. Pas forcément la sienne car, formé à la gestion, il estime avoir fait preuve de prudence mais il pense à ses collègues.

Ainsi, si une prime unique lui a bien été octroyée par la Région comme à d’autres commerçants, il a fallu deux mois pour qu’elle arrive. En outre, bien que bénéficiant également du droit passerelle, il compare à la Flandre où "en plus de la prime unique, 160 euros sont accordés par jour de fermeture".

Enfin, à en croire ses dires, la solidarité est mise en place entre les coiffeurs de la région liégeoise.