Ce lundi soir, il y avait foule au sein du réfectoire de l’athénée royal de Waremme. Soit en l’espèce et respect des mesures sanitaires oblige le lieu choisi pour une séance du conseil communal à l’ordre du jour tout sauf habituel.

Et pour cause, puisqu’il s’agissait surtout pour les élus waremmiens d’adopter le nouveau pacte de majorité associant socialistes et libéraux. Ce dernier, assorti d’une motion de méfiance collective constructive, a été rendu nécessaire suite à l’éviction fin 2019 de l’ancien premier échevin PS Albert Gérard.

C’est donc devant un parterre bien garni et composé notamment du président du MR qui avait fait le déplacement ainsi que de plusieurs mandataires libéraux que la nouvelle majorité a été installée. Un bref rappel a été fait par le bourgmestre Jacques Chabot (PS), lequel a souligné sa volonté de "travailler de manière efficace et sereine au bénéfice de tous les Waremmiens".

La parole a ensuite été donnée à l’opposition, à savoir désormais le groupe Waremme Alternative. "Il s’agit d’un jour historique", a reconnu son chef de file Yves Berger. Et s’il s’est réjoui d’une ouverture jugée nécessaire depuis le scrutin de 2018, "ce n’est pas la majorité que nous souhaitions".

"Nous voulions moins de particratie mais on risque d’en avoir plus", a souligné Yves Berger, faisant référence au fait que la majorité PS-MR a été mise sous la tutelle des deux fédérations respectives. De son côté, Laurent Moor, jusqu’ici chef de groupe PS-IC (lequel avait intégré la liste socialiste en 2018), a dit préférer reprendre son indépendance. "La majorité se justifie arithmétiquement mais il y a plusieurs zones d’ombre."

Et ce dernier de déplorer l’absence selon lui de thématiques qui lui sont chères telles que la transition alimentaire et écologique, le numérique, les familles… "Je pose un constat d’échec et je dis stop."

Légitimité et stabilité

Visiblement ravi, le nouveau deuxième échevin Raphaël Dubois, conseiller communal depuis 2006 et en charge désormais de plusieurs compétences importantes, a pu compter sur le soutien de son groupe Pour Waremme. Deux de ses membres louant son parcours et mettant en avant la légitimité ainsi que la stabilité de la nouvelle majorité.

Bruno Boutsen