Gazette de Liége Il rassemblerait les collections éparses de l’église liégeoise qui est la plus appréciée et la plus visitée de toutes.

Incontestablement, pour les puristes comme pour les autres, l’église Saint-Jacques de Liège fait partie des trésors patrimoniaux liégeois. Et à l’heure où le "circuit des collégiales", ainsi que l’on a coutume de l’appeler, fait parler de lui, du neuf se profile également pour cette dernière. Ainsi donc, après les bonnes nouvelles concernant Sainte-Croix, qui fera enfin l’objet de subsides wallons en vue de sa restauration, et Saint-Denis, où le retable de la Passion du Christ dû à Lambert Lombard est de retour, Saint-Jacques ne semble pas en reste.

Environ 12 000 personnes par an

Il faut dire que la beauté de cette église liégeoise est très souvent mise en avant par les uns et les autres, qu’il s’agisse des fidèles ou des touristes. À en croire le président du conseil de fabrique Michel Watelet, qui évoque plusieurs chiffres à l’appui de ses dires, elle serait la plus appréciée et la plus visitée de toutes. En effet, environ 12 000 personnes la fréquentent annuellement (notamment lors d’événements culturels tels que des concerts) et ils sont 300 durant chaque week-end à franchir le portail de l’église, lequel a fait l’objet il y a peu d’une restauration.

Face à la désaffection des lieux de culte, la volonté de la fabrique d’église est de poursuivre dans cette voie. C’est d’ailleurs dans cette optique que s’inscrit un nouveau projet. Lequel s’ajoute en l’espèce aux autres menés par la dynamique équipe en place, que ce soit en matière événementielle (via l’accueil de concerts classiques et de variété) ainsi qu’en termes d’aménagements, qu’ils soient relatifs à la sécurité (des mesures ayant été prises suite à l’incendie de Notre-Dame) ou à la rénovation de certaines parties (la priorité étant constituée par le clocher du narthex).

Concernant le projet en question, porté par les guides de Saint-Jacques (qui fêteront leurs 40 ans l’an prochain), il s’agit selon Michou Sherrington, membre de l’ASBL, de "reconstituer l’église romane" (ce qu’elle était dans sa forme primitive avant d’être reconstruite en style gothique au XVIe siècle). L’objectif est aussi de rappeler que Saint-Jacques était à l’origine une abbaye bénédictine (fondée en 1015) et d’y créer "un espace muséal volontiers didactique et pédagogique"