C’est une découverte pour le moins inattendue qui, jeudi, a été réalisée à proximité du sanctuaire de sainte Julienne de Cornillon, au pied de l’ancien monastère de la Chartreuse de Liège.

En effet, dans le cadre des travaux de rénovation, les équipes de terrassement ont (re)découvert un très vieux puits abandonné mais extrêmement bien conservé. Presque intact, d’un diamètre de 2 mètres et d’une profondeur de 8 mètres, il contient 2 mètres d’eau dans le fond, alimenté par les areines et galeries voisines.

Sainte Julienne

Le site de Cornillon est un de premiers sites habités de la rive droite de la Meuse. Des lépreux sont venus s’y établir vers 1150 car il y avait déjà un point d’eau potable le long de la route qui montait vers le Saint-Empire germanique. Le clocher roman datant de 1185 y est d’ailleurs toujours bien visible.

C’est vers 1197 que Julienne est arrivée comme enfant orpheline. Elle fut accueillie par les religieuses qui s’occupaient des lépreux. C’est la fondation du premier grand centre de soins de Liège. Sainte Julienne fut directrice de la léproserie et une des grandes écoles d’infirmerie de Liège porte d’ailleurs son nom.

Les travaux en cours sont la dernière étape des aménagements du nouveau béguinage contemporain, qui jouxte le monastère des sœurs clarisses accueillies en 2017.

Des experts et des spéléologues vont s’intéresser à cet ouvrage, témoin de la vie de ce lieu millénaire.

J.-M. C.