AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

De gros travaux ont débuté il y a un an et demi afin de construire à Lanaye une quatrième écluse qui deviendrait, avec ses 225 mètres sur 25, l’une des plus grandes d’Europe. Alors qu’elle se dessine déjà, une décision du 22 novembre a quelque peu chamboulé le déroulement du chantier : la Cour constitutionnelle a invalidé le décret DAR adopté par la Région en 2008.

Ce décret permettait à la Région d’octroyer des permis, sans possibilité de recours, pour cause d’intérêt général. Et le permis relatif à l’écluse est concerné. La décision judiciaire n’invalidait pas les permis mais ouvrait la porte aux recours. Qu’en est-il donc près de deux mois après la décision ? L’étau se resserre.

Les éventuels opposants disposaient de soixante jours pour s’engouffrer dans la brèche ouverte par la Cour, soit jusqu’à mardi prochain. Mais parmi les riverains s’opposant à l’écluse, rien. "Le mal est fait", confirme Jean-Pierre Henquet, membre de l’ASBL Défendons nos villages. Cette semaine, toutefois, le comité s’est à nouveau réuni et sa position est claire : "Si on sait aller en recours, on ira".

Reste quelques assurances à obtenir pour prendre une décision ferme, faut-il comprendre. Mais cette position contre l’écluse est pourtant aujourd’hui moins motivée par l’ouvrage lui-même que par des promesses "non-tenues".

Jean-Pierre Henquet souligne que "la Ville de Visé avait remis un avis positif pour le permis de l’écluse à condition que toutes les mesures compensatoires soient exécutées avant d’entamer la construction de l’écluse". Or, le Ravel entre Lixhe et Lanaye et l’extension de la nouvelle frayère sont toujours au point mort !