Après la rentrée scolaire, ce sera bientôt aux opérateurs culturels de rouvrir leurs salles et de débuter une saison qui sera pour le moins particulière, crise sanitaire actuelle oblige. C’est d’ailleurs précisément en raison de cette dernière, comme rappelé ce mercredi par son directeur général, que le Théâtre de Liège a dû reporter plusieurs spectacles prévus. Parmi eux, figure Strange Beauty, lequel s’inscrit dans une collaboration initiée il y a dix ans avec la Corée du Sud. S’il a failli ne pas voir le jour, c’était sans compter sur la persévérance des équipes à la base de cette "coproduction croisée".

Création à distance

"Au départ, on devait présenter le spectacle en mai, ce qui n’a pas été possible mais nous avons voulu le reprogrammer coûte que coûte", précise Serge Rangoni. Et de souligner le fait qu’il s’inscrit donc dans "les relations privilégiées" entretenues depuis dix ans avec des opérateurs sud-coréens. C’est afin de poursuivre ces échanges bilatéraux que le Théâtre de Liège a initié ce projet avec la National Theater Company of Korea. Ce dernier consiste en une création qui se situe au carrefour du théâtre, de la danse et des arts visuels. Et c’est au metteur en scène Yo-Sup Bae, étoile montante coréenne, qu’il a été confié de créer cette "performance pluridisciplinaire".

Laquelle se conçoit donc, contexte actuel oblige, entre Liège et Séoul. C’est ainsi notamment qu’en lieu et place d’un workshop devant se tenir cet été en Corée du Sud, trois séances de travail ont eu lieu en cette fin du mois d’août. Et ce, par l’intermédiaire de la visioconférence, permettant aux équipes belges et sud-coréennes de mieux se connaître et de débuter le travail.

S’en sont suivis, depuis dimanche et jusqu’à ce jeudi, cinq jours de "retraite spirituelle". Soit une véritable immersion dans la tradition bouddhiste réalisée à l’Institut tibétain Yeunten Ling de Huy. De quoi permettre aux dires des artistes belges concernés dont l’acteur Clément Thirion et la danseuse Maria Clara Villa Lobos "un travail sur l’intériorité", notamment via la méditation Vipassana. Le spectacle sera présenté pour la première fois au public en août prochain au Festival de Spa.

Bruno Boutsen