Environ 1 700 personnes ont pris part ce vendredi à la deuxième édition de cette initiative portée par un collectif.

Environ 1 700 personnes, à vélo, en cuistax ou à pied, ont pris part vendredi à la deuxième édition de la cycloparade féministe, à Liège, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes. La première cycloparade féministe liégeoise, l’année passée, avait rassemblé au moins 400 personnes. La deuxième édition, à l’initiative d’un collectif de mouvements et associations dénommé "Collectives et Ardentes", a connu un beau succès.

Il s’agissait majoritairement de femmes, issues de divers mouvements et associations, mais de nombreux hommes ont exprimé leur soutien en y participant également. On y a aussi vu de nombreux enfants qui accompagnaient leurs parents, parfois très jeunes dans une poussette. Au-delà de l’égalité femmes-hommes, l’accent a été mis cette année sur l’importance des combats autour de l’intégrité physique des femmes.

La proportion de participants à vélo, en cuistax ou se déplaçant avec un autre engin roulant était bien plus importante que l’an dernier. Les autres, à pied, les suivaient. La parade a quitté vers 15 h l’esplanade des Guillemins pour se diriger vers le centre-ville en passant par le boulevard d’Avroy où certains encombrements ont été observés lorsque la police a stoppé ou dévié la circulation. Afin de limiter ces derniers, la parade a été dirigée vers la rue Pont d’Avroy de manière à ne pas emprunter le boulevard de la Sauvenière.

Sur le parcours, les participants chantaient, sifflaient, criaient afin que leurs messages soient bien perçus. On a ainsi entendu des messages comme "Non au mariage forcé, non à l’excision, non à la polygamie", "Solidarité envers les femmes du monde entier", "Non au patriarcat" ou encore des slogans plus fleuris comme "Ta main sur mes fesses, ma main dans ta gueule". La parade s’est achevée au Musée de la Vie wallonne, au centre-ville, où un village associatif avait été établi dans le cloître.