Assurément, Hervé Jamar n’est, ou plutôt, n’était, pas un homme politique comme les autres… En effet, "apolitique" depuis qu’il est devenu gouverneur provincial en octobre 2015, ce dernier, ancien ministre fédéral et bourgmestre de Hannut, est passé près de la mort durant l’année 2020.

Revenu de loin en novembre dernier après trois mois de convalescence, il avait dû subir une transplantation d’organe suite à une encéphalopathie d’origine hépatique. Et ce en pleine épidémie de Covid-19 et alors même que ce personnage clé dans le système institutionnel belge était amené à gérer cette crise sanitaire inédite.

Depuis lors, la gestion de crise fait partie de son quotidien, comme d’ailleurs la planification d’urgence ainsi que d’autres matières parfois méconnues. Ayant été remplacé dans ses fonctions par la commissaire d’arrondissement Catherine Delcourt, Hervé Jamar assume à nouveau pleinement son rôle.

Si la situation sanitaire l’occupe toujours au premier plan depuis son retour, cela n’empêche pas cet homme à la fibre sociale de se préoccuper d’autres sujets. Et on ne parle pas en l’espèce du débat récent auquel il a contribué concernant la réouverture prochaine des terrasses qui a fait et fera encore couler beaucoup d’encre…

Le gouverneur, lequel s’était déjà fait remarquer positivement à cet égard durant son activité politique, a entrepris de créer une fondation. Comme il l’explique, celle-ci aura un caractère résolument social et visera à venir en aide aux "nouveaux précarisés". Parmi ces derniers, figurent les migrants mais aussi les jeunes, les femmes victimes de violences… Son lancement est prévu pour juin prochain.