Tihange 2 faisait l'objet d'une maintenance planifiée depuis le 12 novembre. Son redémarrage était prévu pour cette semaine. Mais le 19 janvier, quelque chose ne s'est pas passé comme prévu.

Les centrales nucléaires ne s'allument pas comme une voiture, leur redémarrage se fait en plusieurs étapes selon une procédure stricte, jalonnée de contrôles. "Toute une série de paramètres doivent être contrôlés. Lors du redémarrage, l'un de ces paramètres n'a pas été correctement vérifié", explique une porte-parole d'Engie Electrabel.

Le système de pilotage de la centrale a toutefois détecté la petite erreur et la centrale s'est mise automatiquement à l'arrêt. Depuis lors, la centrale a de nouveau été raccordée au réseau et fonctionne pleinement.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire a classé cette anomalie au niveau 1, le plus bas, de l'échelle internationale des événements nucléaires (échelle INES). "Cet arrêt s'est déroulé correctement, les systèmes de sauvegarde ont tous bien fonctionné. Aucune personne n'a été blessée. L'évènement n'a aucun impact sur les travailleurs, la population ou l'environnement", précise le régulateur nucléaire sur son site internet.

"L'évènement est dû au mauvais suivi d'une procédure et à une défaillance dans le suivi des paramètres", ajoute l'AFCN, qui "suit avec attention la situation."