La protection environnementale de la Meuse est également renforcée

Le dépôt pétrolier PPST (Petroleum Products Storage and Transport) de Wandre vient d’installer un nouvel équipement de déchargement des barges : un bras rigide. Il s’agit là d’une première en Wallonie !

Cet investissement renforce la sécurité des travailleurs sur le site, ainsi que la protection environnementale de la Meuse.

Grâce à sa position stratégique sur la Meuse, le dépôt (une joint-venture entre Q8 et EG Group) fournit des produits pétroliers aux particuliers et aux stations-service de la région. PPST est un des principaux dépôts de carburants en Wallonie, il est exploité par une équipe de 9 personnes qui gèrent les entrées/sorties des différents produits et leur stockage. Ces produits pétroliers sont transférés depuis des barges vers des réservoirs à terre grâce aujourd’hui à un bras rigide de déchargement installé à l’appontement.

"Nous venons de remplacer d’anciens flexibles en caoutchouc par un équipement ultra-moderne, à la pointe de la technologie", explique Sven Dochez, Directeur chez Q8. "Grâce à cette nouvelle technologie, le matériel est plus sûr et plus simple à manier. Ainsi, le risque de déversement dans la Meuse est pratiquement inexistant. L’investissement s’élève à plus de 300 000 euros."

Les deux entreprises propriétaires du dépôt ont indiqué leur intention de poursuivre dans cette voie. Pour Jurgen Artz, Directeur Europe pour EG Fuel, "L’investissement dans cet équipement va au-delà des exigences légales, c’est un choix délibéré d’investir plus avant dans la sécurité et l’environnement. Nous allons également nous concentrer sur le développement et la distribution de biocarburants, jouant ainsi un rôle actif dans la transition énergétique."

Le dépôt pétrolier PPST bénéficie d’une position stratégique permettant d’alimenter l’Est de la Belgique et le Luxembourg. Diesel et Essences sont stockés dans les 11 principaux réservoirs sur site, ainsi que des biocarburants comme, par exemple, l’Éthanol. La capacité totale de stockage s’élève à 17 050 m3, avec un passage annuel de 900 000 m3.