Nécessaire pour boucler le budget, elle devrait rapporter entre 300 000 et 400 000 euros en 2019.

Pas de nouvelles taxes pour les Verviétois, aucune perte d’emploi et des services maintenus… Les trois préceptes que les collèges aiment appliquer au moment de façonner le budget.

Pour Verviers, c’est réussi… Petit bémol, le non-remplacement des 12 travailleurs qui partiront à la retraite dans le courant de 2019. "Un choix afin de boucler le budget" , reconnaît le nouveau grand argentier de la Ville, Alexandre Loffet (PS), "mais nous aurons une politique de nomination néanmoins", ajoute-t-il.

Si le Verviétois ne sera pas touché par de nouvelles taxes, il n’en sera pas de même avec les surfaces disposant de parkings de plus de 20 places. "Nous allons effectivement voter dans le courant du premier semestre 2019 cette nouvelle taxe qui devra avoir l’aval de la tutelle avant d’être enrôlée et nous souhaitons l’appliquer dès le 2e trimestre. Actuellement, le règlement taxe est à l’analyse juridique", explique l’échevin des Finances et du Budget.

Deux millions à trouver

De quoi s’agit-il ? D’une taxe qui touche donc les enseignes qui disposent, en périphérie, de vastes parkings, ce qui permet une certaine facilité d’accès aux commerces. Verviers Ouest est visé avec Crescend’eau ou encore les grandes surfaces du boulevard de Gérardchamps. "Cela offre un certain équilibre entre la périphérie et le centre. Elle est déjà d’application à Liège, Charleroi ou Mons. Selon les règlements, les 20 premières places - destinées au personnel et PMR - sont exemptées de cette taxe de 100 €/an et par emplacement. Et quand il n’y en a pas, on calcule des surfaces de 9 m²."

Cette taxe servira à financer la relance du centre-ville au travers de la communication qui sera faite ou par le biais des aides aux commerçants touchés par les travaux. "Il n’y avait aucune volonté de boucler le budget par ce biais. L’idée était déjà en réflexion et elle arrive à maturité pour ce budget."

Car, il a fallu trouver 2 millions pour le boucler, ce budget. Des arbitrages nécessaires sur les frais de fonctionnement, les non-remplacements et la dotation à la zone de secours…