À l’instar de celui qui a été délivré dès ce lundi par le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), le message des autorités, liégeoises ou autres, est clair. Et ce à la veille d’un week-end du 15 août qui est d’ordinaire très festif.

Cette année, Covid-19 oblige, il sera pour le moins particulier et les festivités traditionnelles n’auront pas lieu. Point de grand cortège folklorique, ni de procession de Vierge noire. Ni même encore de Saint-Macrawe, de tournée des Marie, de sortie du Royal Bouquet ou de tir de campes.

L’ambiance du quartier liégeois d’Outremeuse, où sa République libre organise les festivités depuis près de 100 ans et s’attend à un fameux manque à gagner, sera différente de celle des autres éditions, qui attirent pour rappel entre 150 000 et 200 000 personnes.

Le contexte sanitaire ne permet pas un tel rassemblement de foule. Et c’est d’ailleurs dans cet esprit que les autorités locales, police de Liège en tête, tentent donc "de dissuader de s’y rendre dans l’esprit de faire la fête".

La crainte de rassemblements spontanés est clairement évoquée et un renforcement de l’effectif policier - "moins qu’un 15 août normal mais bien plus d’un week-end" - est annoncé. Et ce en vue de veiller au strict respect des règles en vigueur.

Pour rappel, les festivités du 15 août en Outremeuse n’ont connu qu’une seule annulation, en 1956, avant cette crise liée au coronavirus. Cela n’empêche toutefois pas quelques irréductibles de vouloir tout de même faire la fête.

Au rayon des activités folkloriques officielles, les spectacles de marionnettes prévus durant cette semaine et la foire du 15 août étant annulés, seule la messe en wallon a été maintenue. Mais elle se tiendra avec une capacité maximale de 100 personnes.

Ce qui sera également le cas, sur réservation obligatoire, pour différentes alternatives. Parmi ces dernières, on peut évoquer la journée spéciale "boulets liégeois et concerts" organisée par la Taverne Tchantchès et Nanesse située rue Grande Bêche.

On peut également citer les trois jours de festivités voulues conviviales mises sur pied par Côté cour Côté jardin sis boulevard de la Constitution. Ou encore, dans un autre registre et de l’autre côté de la Meuse, la Guinguette Swing du Mad Café. Soit une autre manière de passer le 15 août, qui sera "bien triste et morose".

À Huy, autre lieu phare des festivités du 15 août, le bourgmestre Christophe Collignon (PS) a pris un arrêté de police. Lequel interdit toute manifestation du 14 au 17 août. Il a estimé que des risques de rassemblements spontanés existent et que les règles risquent d’être compromises.

Enfin, à Banneux, la procession du 15 août a été annulée et le site marial sera fermé par la police locale à toute circulation.

Bruno Boutsen