La météo clémente et le titre de capitale européenne de Noël ont fait leur effet.

Déjà, ce dimanche 30 décembre, le Village de Noël de Liège, édition 2018, fermera ses portes, après plus d’un mois de réjouissances. Et à l’heure de dresser le bilan (même si le marché de la patinoire, place Cathédrale, reste ouvert jusqu’au 6 janvier), les organisateurs peuvent avoir le sourire : on enregistre en effet une hausse de 15 à 20 % de la fréquentation. L’ASBL Liège Centre (vestes jaunes), qui réalise régulièrement des comptages, nous confirme cette bonne nouvelle.

Une météo clémente

Du côté de l’ASBL Enjeu, qui gère le village depuis toujours, cette hausse de fréquentation n’étonne guère même si, fin novembre à l’ouverture, rien n’était gagné.

"Il y a aujourd’hui une meilleure synergie entre la Ville de Liège et le village et un facteur qui a contribué au succès de cette année, c’est assurément le titre, pour Liège, de capitale européenne de Noël." Un titre décerné pour la première fois à une ville fin novembre mettant en évidence les qualités de l’offre liégeoise.

"Au marché, nous avons été placés devant un challenge puisque les illuminations supplémentaires à la ville s’arrêtaient aux portes du village", poursuit Pierre Luthers ; un challenge relevé donc puisque des moyens supplémentaires ont aussi été investis, "avec deux nouveaux portiques, des guirlandes supplémentaires, place Saint-Lambert notamment ou sur la piste de luge sans oublier les nouvelles illuminations du grand sapin place du Marché".

L’autre facteur, moins maîtrisable bien sûr, fut la météo, "relativement clémente cette année alors que l’an dernier nous avions eu un mois de décembre assez maussade. Cela explique la hausse de fréquentation".

Généralement, on évalue à 2 millions le nombre de visiteurs qui fréquentent le village. Cette année, on semble donc avoir dépassé ce chiffre, avec des touristes venus des quatre coins d’Europe. "Généralement, la dernière semaine entre Noël et Nouvel An on ne trouve plus que des Liégeois au village mais cette année, ce n’était pas le cas. Les touristes étaient nombreux en Cité ardente." Du Nord de la France, des Pays-Bas et d’Allemagne principalement mais pas seulement.

L’année fut donc bonne pour les gérants de chalets… et par conséquent pour le commerce liégeois.