Ce mardi, la Ville et l’Université de Liège ont présenté une nouvelle convention-cadre que les deux entités ont conclu récemment. Laquelle a trait à leurs collections muséales respectives et vise selon ses termes à structurer et développer les collaborations entre celles-ci.

Une collaboration inédite qui s’inscrit selon l’échevin de la Culture Jean-Pierre Hupkens (PS) dans la lignée d’autres partenariats plus ponctuels. "Disposer d’une université sur le territoire liégeois est une véritable richesse", a-t-il ainsi souligné. Et de faire référence à "un premier pas important" qui en appelle d’autres à l’avenir.

De son côté, le premier vice-recteur Jean Winand, par ailleurs responsable du pôle muséal de l’ULiège, a mis en avant "la grande richesse des collections universitaires". Laquelle se traduit notamment par une série de trésors classés, soit un total de plus de 200 pièces sur des millions.

Ces dernières, en manque d’espace disponible pour les montrer au public, pourront donc compter sur les musées communaux liégeois. Ensemble, les collections artistiques et scientifiques de la Ville et de l’Université représentent un patrimoine culturel jugé exceptionnel, et ce, dans de très nombreux domaines.

Comme cela a été rappelé par les deux intervenants, l’intérêt patrimonial de ces collections est par ailleurs reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ainsi donc, outre l’Université, celles de la Ville de Liège sont estimées à près de 200 000 œuvres dont 150 qualifiées de trésors.

Il est question, au départ de ces œuvres et autres pièces vues comme des témoins des productions culturelles humaines, de raconter une histoire qui ait du sens et de créer de nouveaux projets. C’est d’ailleurs tout l’objet de la nouvelle convention-cadre conclue pour une durée de cinq ans renouvelable.

Cette dernière a plusieurs objectifs dont le développement et l’organisation d’expositions et autres événements. À cet égard, on peut déjà évoquer ceux autour du peintre Raphaël, du bicentenaire de la révolution grecque ou encore du déchiffrage des hiéroglyphes par Champollion. À noter que ce partenariat s’inscrit aussi dans le cadre du projet de pôle muséal et culturel de l’ULiège.