La saison de plaisance se prépare

Au total, en 2007, la plaisance à Namur a enregistré 1 939 séjours, toutes durées confondues. Cela représente 7 097 nuitées. On compte 2,2 passagers par bateau, dont 60 pc sont hollandais. Les séjours au port Hallet sont les plus nombreux, soit 1 683 (durée moyenne est de 2 à 3 jours) pour 255 à Amée (durée moyenne : 11 jours).

Anne-France Somers

Au total, en 2007, la plaisance à Namur a enregistré 1 939 séjours, toutes durées confondues. Cela représente 7 097 nuitées. On compte 2,2 passagers par bateau, dont 60 pc sont hollandais. Les séjours au port Hallet sont les plus nombreux, soit 1 683 (durée moyenne est de 2 à 3 jours) pour 255 à Amée (durée moyenne : 11 jours).

Vers le sud

"La tendance est à l'allongement des séjours", commente le capitaine Jean-Luc Delaby. "Mais le nombre de plaisanciers n'augmente pas. Le coût du carburant et les problèmes dans les écluses françaises jouent un rôle. En revanche, nous n'aurons plus de mise en chômage de la Meuse cette année." Le degré de satisfaction des infrastructures est très encourageant : les terrasses des capitaineries du port de Jambes, et bientôt de celle d'Amée, sont les seules en bord de Meuse à Namur.

Le port Henri Hallet (près du pont de Jambes, 30 emplacements) et celui de la plage d'Amée (72 emplacements) sont les mieux équipés pour les plaisanciers. Les 50 emplacements de Beez sont plus excentrés et le relais de Lives est plutôt réservé au transit. La saison devrait démarrer ce 15 avril si le courant et le niveau de la Meuse le permettent. En début de saison, ce sont principalement des bateaux de plaisance qui descendent vers le sud. Ils y restent deux mois.

"Dans un premier temps, la capitainerie du port de Jambes doit être amenée. On va renforcer les concerts le jeudi soir à la capitainerie de Jambes de mi-juin à mi-août. Cela deviendra un rendez-vous hebdomadaire." La grande nouveauté de cette année : le port d'Amée va hériter de la capitainerie flottante du port de Beez, qui était inutilisée.

Superficie augmentée

"Pour l'heure, elle se trouve au chantier naval Sambre & Meuse. Les travaux consistent en la création d'une ouverture supplémentaire pour pouvoir y accéder à partir des pontons. J'espère l'exploiter cet été. Cela nous permettra de disposer d'un loca l d'accueil sur les pontons même", explique le capitaine. Côté restaurant de la plage d'Amée (indépendant du port), le bail avec Benoît Gersdorff pour la concession a été renégocié.

Il devrait augmenter sa superficie, qui passerait de 500 m2 à 700 m2. Le restaurateur va proposer deux cuisines différentes : gastronomique à l'étage, plus démocratique au rez et accessible aux plaisanciers de passage.