Stylisme pour tous !

Les couloirs et les salles de Terra Nova sur la Citadelle bruissent pareils à une ruche ce samedi soir. Mannequins, maquilleuses, coiffeurs, photographes et stylistes s’affairent dans les loges improvisées.

Stylisme pour tous !
©D.R.
Chantal Godard

Les couloirs et les salles de Terra Nova sur la Citadelle bruissent pareils à une ruche ce samedi soir. Mannequins, maquilleuses, coiffeurs, photographes et stylistes s’affairent dans les loges improvisées. Les salles du domaine de Terra Nova disposées en longueur se prêtent à merveille pour le 1er défilé de la Maison de Couture MFT, de Marie-France Taquet et Mélanie Frischman. Voilà deux jeunes femmes qui n’ont pas froid aux yeux et sortent des sentiers battus de la mode pour tailles mannequins filiformes et anémiques.

Pour son 1er défilé, cette maison de couture namuroise (Loyers), en a jeté plein la vue à un public très éclectique avec une collection de prêt-à-porter de haut vol et de haute couture qui n’a rien à envier à des maisons parisiennes de renom. Mannequins professionnels et clientes de la maison MFT ont défilé à tour de rôle, sans prétention. Maillots, lingeries, robes de mariée et de cocktail, longues et courtes, opaques ou transparentes, en taffetas, crêpes et tissus moirés, robes de voiles brodés dans des tons crème, saumon ou fuchsia, il y en avait pour tous les gabarits, tous les âges et tous les budgets. Certaines robes étaient sages et d’autres folles, certaines avaient des airs de flamenco ou de divas, d’autres ambitionnaient des cérémonies de haut rang. On a même eu droit à un homme vêtu d’un kilt écossais et de chaussettes à pompons rouges. Tout un programme !

Au sortir de son 1er défilé, Marie-France Taquet, 39 ans, nous raconte son itinéraire : "Déjà à l’âge de 8 ans, je faisais les vêtements de mes poupées Barbie. C’est ma maman qui m’a appris à coudre, mais mon premier professeur de couture a été Mme Lange à l’école St-Joseph à Jambes. Je voulais déjà ouvrir une boutique quand j’étais petite. J’aimerais redonner aux jeunes l’envie de coudre. Je veux montrer que la couture n’est pas foutue, qu’elle peut être un artisanat à valoriser. Il faut avoir l’étincelle, la passion, et beaucoup de jeunes ne l’ont pas. Ils cousent parce qu’il faut. Au début, il faut faire des sacrifices, mais on peut y arriver. On peut faire une robe pour un prix de vente de 200 euros. Il suffit de ne pas gaspiller. Évidemment, je ne gagne pas de l’or en barre. Mais je ne jette rien, je garde le moindre bout de tissu."

Autodidacte, Marie-France n’a pas fait d’études de stylisme : "J’ai appris le stylisme par moi-même. J’aime créer, dessiner. Je vois arriver chez moi des étudiantes de La Cambre qui savent dessiner mais ne savent pas coudre. Cela coince pour leurs créations."

Depuis 6 mois, Marie-France s’est associée à Mélanie Frischman et aimerait agrandir son atelier, engager du personnel et confier ses créations à des boutiques. Elle ne se sent pas soumise à la mode à tout prix. "La mode est faite pour évoluer. Je n’ai pas d’a priori sur les couleurs. Il faut que la couleur mette en valeur celle qui la porte. J’adapte la mode en fonction de la personne et de toute façon, c’est un éternel recommencement. Vous voyez le tailleur Chanel qui revient périodiquement. Il suffit d’une petite touche en plus, on customise, on transforme, on adapte, on remet les vêtements au goût du jour. Sans gaspillage."

Maison de Couture MFT : 38, rue du Bois communal 5101 Loyers. tél. : 0496.28.96.97 - www.la-maison-de-couture.net