B. Lutgen, l’homme fort de Bastogne

Début décembre, Benoît Lutgen succédera à Philippe Collard. Il ceindra, comme son père, l’écharpe mayorale. Le 14 octobre dernier, l’homme fort du CDH se présentait pour la première fois aux élections communales. Il a fait le premier score de la liste gagnante avec 4 548 voix de préférence.

N.L.

Début décembre, Benoît Lutgen succédera à Philippe Collard. Il ceindra, comme son père, l’écharpe mayorale. Le 14 octobre dernier, l’homme fort du CDH se présentait pour la première fois aux élections communales. Il a fait le premier score de la liste gagnante avec 4 548 voix de préférence.

Depuis 2002, date à laquelle il est devenu secrétaire général du PSC, le Bastognard en a fait du chemin ! En 2004, à 34 ans, il devient ministre wallon de l’agriculture et du tourisme. Aux régionales de 2009, il décroche le 2e meilleur taux de pénétration de Wallonie et devient ministre des travaux publics. Le 1er septembre 2011, il prend ses fonctions de président national du CDH. Des fonctions qu’il conciliera désormais avec le mayorat. "Je rencontrerai les différents chefs de service avant ma prise de fonction. Je leur expliquerai ma méthode de travail et ensuite je l’exposerai publiquement."

Sa méthode ? Ouverture, disponibilité, innovation et efficacité. "Je serai le bourgmestre de tous les habitants de Bastogne. Je veux dépasser les clivages politiques afin que l’on porte ensemble les projets. Je souhaite activer toutes les compétences, à l’intérieur et à l’extérieur du conseil communal. Bastogne doit aussi s’inspirer de ce qui se fait de bien ailleurs, pour innover, en matière d’énergie et de participation, notamment."

Ses priorités pour Bastogne s’articulent autour de quatre axes. Primo : maintenir et développer des soins de santé de qualité et de proximité. Secundo : lutter avec fermeté et efficacité contre toutes les violences et les incivilités. Tertio : rendre à la ville ses lettres de noblesse, sur le plan économique et de l’emploi. Quarto : développer un projet énergétique fort pour dépendre le moins possible des énergies fossiles. Ses hobbies ? "J’apprécie particulièrement les promenades en forêt. Je suis également passionné de cyclisme, un sport qui me permet de m’évader une heure ou deux et de découvrir les richesses de ma région."